The Outsider, Martin Zandvliet (2018)


THE OUTSIDER, aka Outsider
アウトサイダー
Année : 2018
Pays : États-Unis
Genre : Leto-to flingueur
Production : Netflix
Réalisation : Martin Zandvliet
Avec : Jared Leto, Asano Tadanobu, Shîna Kippei, Kutsuna Shioli, Ômori Nao, Tanaka Min, Miura Masaki, Rory Cochrane, Sugata Shun, Shimizu Hiroya, Jibiki Gô, Ray Nicholson, Emile Hirsch, Hiro, Young Dais, Katô Kôji, Suzuki Motokatsu, Kimura Keisaku, Fuchikami Yasushi, Okuno Eita


1954. Nick, un ancien soldat américain qui semble avoir basculé dans la criminalité, purge une peine de prison à Osaka. C’est entre ces murs où le quotidien est particulièrement dur qu’il sauvera la vie de Kiyoshi, un influent yakuza qui parviendra à s’échapper. Après sa libération, Nick retrouvera Kiyoshi, qui le prendra alors sous son aile au sein du clan Shiromatsu. Ce ne sera bien évidemment pas du goût de tout le monde, en particulier en ces temps troublés : un clan de Kobe tente en effet de faire main basse sur Osaka… et sur les affaires de la famille Shiromatsu dont le chef, désormais très âgé, semble avoir du mal à s’adapter aux réalités politiques et économiques d’après-guerre…

Si Netflix produit régulièrement des séries de qualité (même si je n’en regarde pas beaucoup en fait…), je suis plus sceptique dès lors que l’on aborde les longs métrages… Je ne passerai pas en revue toutes les déceptions que j’ai connues ces dernières années, malgré des noms parfois particulièrement ronflants (Natalie Portman, Stephen King, Will Smith…), mais je préciserai que j’ai bel et bien failli jeter l’éponge. Puis arriva OUTSIDER, présenté comme un film de yakuza « à l’ancienne », avec un vrai casting japonais là où, hélas, Hollywood nous avait habitués à recruter des acteurs sino-américains.

Autant le dire de suite : j’ai apprécié cet OUTSIDER, quand bien même son scénario dévoile ses idées et personnages comme le ferait un livre ouvert ou un yakuza les tripes à l’air, et que certaines de ses scènes respirent le syndrome « carte postale » à plein nez – références aux sumos, aux paris, aux tatouages, au yubitsume, etc. Peu de surprises, donc, dans le film de Martin Zandvliet – et ne me demandez pas comment ça se prononce, je ne sais que l’écrire ! Peu de surprises mais un film bien ficelé, des acteurs au rendez-vous, une photographie « à la BLACK RAIN », de belles références voire de gros hommages à Fukasaku – BATTLE WITHOUT HONOR AND HUMANITY (parfois à la scène près), une violence sèche qui fait mal, une belle reconstruction de la ville d’Osaka des années 50, un magnifique final et ce ténébreux personnage de gaijin incarné avec classe par Jared Leto, qui laisse intelligemment planer une grande part de doute et de mystère.

Alors je vois déjà venir les spécialistes avec leurs gros sabots – voire leurs bottes cloutées, rapport aux violents coups de pied aux fesses que le film s’est pris de par le monde. Où se termine l’hommage, et où commence le pillage ? Fukasaku, Kitano (gros clin d’œil à OUTRAGE 3)… Il est vrai qu’à trop vouloir aimer ses glorieux aînés, THE OUTSIDER perd quelque peu en âme… en originalité. Mais il n’en demeure pas moins un excellent divertissement, très noir et… blanc comme Jared Leto !

Alors si je parle de la couleur de Leto, très franchement, c’est uniquement après avoir lu un flot de critiques hallucinantes à ce sujet. En visionnant THE OUTSIDER, cette polémique ne m’avait même pas effleuré l’esprit – j’étais dans le film, je passais juste un bon moment. Mais voilà… Chassez la « bien-pensance », elle revient au galop, la bave rageuse aux lèvres. C’est en parcourant divers avis sur THE OUTSIDER que je suis tombé des nues : le film se faisait démolir et était accusé de « whitewashing » – honnêtement, je ne connaissais même pas ce terme auparavant. Je dois vous avouer que je commence à en avoir ras-le-bol de ces polémiques qui se démultiplient à cause de la volatilité des réseaux sociaux. Ma femme, qui est japonaise, ne s’est pas émue une seule seconde de la couleur de peau de Jared Leto, justifiée par le scénario et qui donne d’ailleurs son titre à l’œuvre – si elle n’a pas trop aimé le film, c’est pour de simples raisons artistiques. Les grands défenseurs de la morale 2.0., incapables de parler de cinéma, déplacent le sujet sur un autre terrain : celui de la polémique, du camp du bien qu’ils estiment représenter, du beaucoup de bruit pour rien. Le lynchage sur les réseaux sociaux, les leçons de morale au ras des pâquerettes… Un nouveau moyen d’exister au temps de l’Internet ?

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

___________________________________________________

Quick Review in English:

+ Great Japanese casting, even the small parts
+ Jared Leto is good. Very mysterious. Strange charisma, I like this actor
+ Interesting characters, interesting »dark » yakuza story
+ The photography reminded me of BLACK RAIN
+ Osaka in 1954; it’s very well done
+ Homage to Fukasaku and BATTLE WITHOUT HONOR…

– But do we talk about homage or looting? The first scene is the same…
– For me, it’s a modern homage, but you might think differently
– Not very original indeed – except the gaijin character, of course
– The whitewashing polemic is ridiculous – let’s just talk about art and movies please

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Films non japonais, Polar / Film Noir, Yakuza, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s