Sanpo suru shinryakusha, Kurosawa Kiyoshi (2017)


SANPO SURU SHINRYAKUSHA, aka Before We Vanish, aka Avant que nous disparaissions
散歩する侵略者
Année : 2017
Genre : E.T. etc.
Production : Nikkatsu
Réalisation : Kurosawa Kiyoshi
Avec : Nagasawa Masami, Matsuda Ryûhei, Hasegawa Hiroki, Higashide Masahiro, Koizumi Kyôko, Kojima Kazuya, Maeda Atsuko, Mitsuishi Ken, Mitsushima Shinnosuke, Sasano Takashi, Tsunematsu Yuri


Sur le point d’envahir la Terre, des extraterrestres envoient quelques éclaireurs pour en apprendre davantage sur les Humains et leur environnement. Les espions en question, qui ignorent tout de l’espèce humaine et de la notion de sentiment, vont prendre possession de plusieurs corps. Pour étudier. Découvrir. Voler des mots pour en comprendre le sens profond. Au risque d’abandonner derrière eux des tas de coquilles vides. Ou l’étaient-elle déjà avant l’invasion ?

SANPO SURU SHINRYAKUSHA, dont je parlerai désormais sous le titre international plus pratique BEFORE WE VANISH, est un projet à la fois très étrange et… pas tant que ça, en fait, puisque le réalisateur Kurosawa Kiyoshi a souvent navigué entre le ciné et la télé, voire même le DTV au début de sa carrière. BEFORE WE VANISH est un peu un mélange de tout cela : un film, une série télévisée de cinq longs épisodes, et un autre film qui compile toute la série en un ensemble a priori plus digeste de 2 heures et 20 minutes. Pour ma part, je me suis intéressé au film. Au vrai, pas à la compile. Mais ne l’ayant apprécié qu’à moitié, je n’ai pas eu le courage de découvrir la série par la suite…
Le film SANPO SURU SHINRYAKUSHA relate les évènements survenus après ceux contés dans la série télé – mais il peut être vu de manière totalement indépendante. Attendez-vous donc à pas mal d’explications mais aussi à un vrai dénouement, hélas un peu gnangnan – l’amour, sérieusement ? Heureusement, le film porte bien la marque de son créateur/prestidigitateur : un rythme posé tout en langueurs, un mystère tout en épaisseurs et un acteur plus extraterrestre que lui tu meurs – le toujours très apprécié Matsuda Ryûhei.

BEFORE WE VANISH est hélas assez bancal – comme d’autres films de Kurosawa d’ailleurs, ce qui leur donne généralement un certain cachet. Une espèce d’autorité maladroite pour passer à la postérité – je vous avais bien dit que le bonhomme était, au ciné, un prestidigitateur né. Mais cette fois ça ne fonctionne pas vraiment. En tous les cas, certainement pas tout le temps. La faute à un scénario pas toujours très crédible – des extraterrestres capables de nous envahir en un claquement de doigts et qui ignorent tant de choses que cela, et des services secrets terriens à ce point à la ramasse ? Hum… La faute, aussi, à des moments mal calibrés, presque grand-guignolesques – le groupe armé et les fusillades vers la fin, les tirades sur l’amour, que sais-je encore…

Heureusement, le film est à mon sens sauvé par la prestation de certains de ses acteurs, par son ambiance très prenante notamment au début de l’histoire mais aussi par quelques idées magnifiques et bien placées : la manière dont les extraterrestres « volent » les mots aux Humains pour les apprendre – faisant ainsi disparaître la notion en question de l’esprit de l’individu visé. Kurosawa en profite pour fustiger (une nouvelle fois) la dislocation du système familial au Japon : Narumi qui va, quelque part, se rapprocher davantage de son mari depuis qu’il est devenu une coquille vide, ou encore sa sœur, Asumi, qui va tout simplement oublier le sens du mot « famille ».

Impossible également de ne pas parler de la réalisation le plus souvent virtuose de Kurosawa, le maestro. Si certaines scènes d’action ne décollent pas, les jeux d’ombre et le magnifique plan séquence dans l’hôpital méritent vraiment le détour. Des artifices techniques loin d’être anecdotiques, et aucunement gratuits, qui donnent en réalité un arrière-goût post-apocalyptique à la dernière partie du film – dans un concert lent mais orchestré avec talent de notes tragiques rappelant quelque peu le final de KAIRO. L’idée d’une douce panique ?

Oli :

Trailer :

______________________________________________________

Quick Review in English:

+ Interesting story, at least during the first part
+ Strange aliens, with strange ways to study human people
+ The way they steal a word from us is great
+ Kurosawa will use it to criticize, once again, the disappearance of family values in Japan
+ Great technical work on the shadows, great shot in the hospital…
+ A sweet panic. A slow agony. Is post-apocalyptic era already here?

– From my point of view, there are some flaws in the scenario
– The aliens seem so stupid sometimes…
– The secret military services on Earth seem so disorganized and useless…
– Some action scenes taste weird
– A weird movie after all. Far from being perfect. Maybe that’s why it’s interesting?

 

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Drame, Science-Fiction, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Sanpo suru shinryakusha, Kurosawa Kiyoshi (2017)

  1. Genki Jason dit :

    Good review.

    I agree on many points. Action scenes are not Kurosawa’s strong point and the authorities are useless (as is the case in most of his films) but the performances by Nagasawa and Matsuda are great and the ending is a real knock-out!

  2. ソルグル dit :

    The other version is

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s