Kamera o tomeru na!, Ueda Shinichirô (2017)


KAMERA O TOMERU NA!, aka One Cut of the Dead, aka Ne coupez pas !
カメラを止めるな!
Année : 2017
Genre : one cult of the dead
Production : Enbu Seminar / Asmik Ace
Réalisation : Ueda Shinichirô
Avec : Hamatsu Takayuki, Akiyama Yuzuki, Shuhama Harumi, Nagaya Kazuaki, Ichihara Hiroshi, Mao, Fujimura Takuya, Gôda Ayana, Hosoi Manabu, Iwagô Satoshi, Iwaji Sakina, Takahashi Kyôko, Takehara Yoshiko, Yamaguchi Tomokazu, Yamazaki Shuntarô


Un réalisateur tyrannique pousse ses jeunes acteurs à bout… Il espère ainsi en tirer plus que ce que ces amateurs ont prouvé jusqu’à présent. Il faut dire aussi que les conditions de tournage de cette petite série B horrifique n’invitent pas à l’optimisme… Même si maquilleurs, producteurs et acteurs semblent faire le maximum pour faire de ce nouveau film de zombies l’une des références du genre.

ONE CUT OF THE DEAD est l’archétype même de la série B rare et évènement. Celle pour qui je respire et chasse l’esprit véhément, arpente maintes fois les couloirs obscurs (en fait non, c’est super bien éclairé) de mon vidéoclub préféré. Parce que j’ai envie de prendre des claques inattendues. Des baffes venues de nulle part. Parce que j’aime tomber des nues.

Le film qui nous intéresse aujourd’hui a été tourné par une petite équipe de passionnés (de désespérés ?) avec un budget absolument minuscule de 27.000 dollars. Ouaip. Il faut se pincer pour y croire – se faire mordre pour y voir. Clair. ONE CUT OF THE DEAD est tout simplement l’une des meilleures séries B sorties ces dernières décennies au Japon. Blasés des zombies ? Soucis avec le ciné ? Ras-le-bol du côté fauché de toutes ces prods avec caméra à l’épaule ? Ne détalez pas, malheureux ! J’étais plus ou moins dans le même cas que vous – et j’ai été conquis par ONE CUT OF THE DEAD. La série B ultime. Celle qui semble ne pas se prendre au sérieux et qui est pourtant, contre toute attente, maîtrisée de bout en bout. Pas une faute de raccord. Pas un faux pas. Mais des bonnes idées en veux-tu en voilà : accrochez-vous !

Sorti dans l’indifférence générale en 2017 dans deux petites salles, ONE CUT OF THE DEAD a su bénéficier d’un bouche-à-oreille arrachée rarement vu (entendu ?) au Japon – merci au festival de Yûbari ? Il a rapidement fallu que les distributeurs s’organisent pour faire face à l’afflux de fans venus du pays tout entier ! Les salles de diffusion se sont alors multipliées pour, au final, aboutir à une distribution nationale – et partie pour durer ! Plus d’un an après sa sortie en salles (décembre 2018 au moment où j’écris ces lignes), et malgré l’arrivée du DVD, ONE CUT OF THE DEAD est ainsi toujours proposé au ciné.

Débutant à la manière d’un vrai-faux tournage qui commence mal, ONE CUT OF THE DEAD tourne très, très vite le dos au found footage et de la caméra à l’épaule sens dessus dessous pour se parer des atours d’un vrai film de cinéma. Fauché, certes, mais de cinéma quand même. C’est bien fichu, bien filmé, assez bien joué et c’est dix fois plus intéressant que le meilleur des épisodes de THE WALKING DEAD de ces cinq dernières années. Il paraîtrait même que cette première partie aurait été tournée en un seul plan séquence – d’où le titre international du film « ONE CUT » OF THE DEAD (« ne coupe pas la caméra ! » en VO). Ça représente plus de trente minutes quand même… Je suis sceptique, un ou deux plans étant quelque peu douteux – raccords avec fondu au noir ? Mais je laisse au réalisateur le bénéfice du doute. De toute manière, c’est vraiment bien fait. Impressionnant. Et tout ça pour moitié moins que le salaire horaire de Tom Cruise ?!? Mais le meilleur de ONE CUT OF THE DEAD est encore à venir. Vous pensiez en avoir déjà eu pour votre argent avec cette première demi-heure… C’était sans compter la surprise que constitue l’entière deuxième partie du film. Que je ne vous dévoilerai pas. Même en surface. On tombe de haut. Des nues. Mais pas dans les pommes, tant on se bidonne.

Intelligent, extrêmement drôle, surprenant et maîtrisé, ONE CUT OF THE DEAD a tout du divertissement parfait qui va laisser des traces. La série B totale qui met les petits plats dans les grands – et les grands films dans l’embarras. Un véritable tour de force, et de farce.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

______________________________________________

Quick Review in English:

+ A very low budget but so many ideas! Everything is so well done
+ The first part could have been one of the best Zombie B-movies in Japan…
+ But there is more: the second part of the movie is… so, so good and surprising!
+ It’s so funny
+ Sometimes I thought of The Kirishima Thing while I was watching One Cut of the Dead

– Maybe the photography is not as good as the rest… Maybe!

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Comédie, Horreur, Zombies, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Kamera o tomeru na!, Ueda Shinichirô (2017)

  1. Wuhien dit :

    Super critique comme d’habitude, on sent bien l’enthousiasme ressenti à la vision du film en la lisant.
    Le film m’a fait le même effet que Shaolin Soccer à l’époque, à savoir une excellente comédie surprise sortie de nullepart devenant instantanément un film culte une fois visionné. Un film malin, bourré d’idées géniales, tellement généreux qu’on a automatiquement envie de partager notre découverte au plus grand nombre. J’ai diffusé le film sur rétroprojecteur à des amis et même, ceux, refractaires, au Cinéma Japonais, ont adoré et pouffés de rire tout du long.

    Le film qui réussi l’exploit d’être à la fois le meilleur film que j’ai vu cette année (le plus drôle, notamment), le film de zombies le plus original vu depuis longtemps et enfin un nouvel espoir pour le cinema japonais.

    Une comédie hilarante qui a l’intelligence de rappeler que chaque plan dans un (bon) film n’est pas le fruit du hasard, que chaque film peut être analysé plan par plan. Une déclaration d’amour au Cinéma, ce Grand Art collectif.

    N’y coupez pas, regardez-le !

    Le film a un distributeur français: »les films de Tokyo » et sortira sous le nom: Ne coupez pas! en Mars 2019 en France.

    • Oli dit :

      Yeah ! Ça fait plaisir de lire un avis aussi positif ! Tu vends le film mieux que moi, ah ah ah ! J’espère qu’il rencontrera le succès (même relatif) en France, avec un nombre de salles suffisant. Croisons les doigts !

      Mais quel film rafraichissant, en effet !

  2. Genki Jason dit :

    Wow, high praise!

    I agree! The way the different parts of the film mesh together is brilliant and shows clever planning and execution. I liked all of the performances, especially from the mad director Higurashi. It’s great to see an indie film conquer the world!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s