Funôhan, Shiraishi Kôji (2017)


FUNÔHAN, aka Impossibility Defense
不能犯
Année : 2017
Genre : buzz ou hype-nose ?
Production : Avex Pictures / Kansai T.C. / Pony Canyon
Réalisation : Shiraishi Kôji
Avec : Sawajiri Erika, Matsuzaka Tôri, Mackenyu, Mamiya Shôtarô, Ashina Sei, Yada Akiko, Wada Tet, Sugaya Tetsuya, Yasuda Ken, Kobayashi Nenji, Okazaki Sae, Mano Erina, Oshinari Shûgo, Ôsako Shigeo, Mikami Kensei, Minakami Kyôka, Konno Hiroki, Hotta Akane


La police a bien du mal à éclaircir des meurtres bien étranges… que rien ne semble pouvoir connecter entre eux, si ce n’est cet homme au costume noir pas particulièrement discret et régulièrement repéré sur les lieux du crime, et ces rumeurs qui se sont répandues comme une traînée de poudre sur Internet : il serait en effet possible de commanditer le meurtre de son choix en composant un mystérieux numéro de téléphone, à un inconnu qui s’exécutera sans réclamer le moindre salaire en retour. Et pourtant… il semblerait bien qu’il y ait un prix à payer…

Ça fait plaisir de retrouver Shiraishi Kôji derrière la caméra d’un film de commande. Certains seront peut-être surpris de m’entendre dire ça, mais on peut légitimement penser que ce réalisateur diabolique débordant d’idées et d’envies loufoques avait du mal à sortir la tête de l’eau du Styx, ces dernières années. Certes, un noyau dur de fans (dont mon humble personne) le suivait envers et contre tous – mais était-ce suffisant pour payer les factures ? Pour renouer un jour avec les paillettes, les dorures ? De plus, et en étant parfaitement honnête, difficile de ne pas reconnaître que l’intéressé avait fini par tourner en rond, avec un style caméra à l’épaule qui, bien que maîtrisé, ne surprenait plus personne.

Pour Shiraishi, la première bouffée d’oxygène viciée vint d’un célèbre duo de femmes au teint cadavérique, avec le film SADAKO VS. KAYAKO, en 2016. FUNÔHAN en est le prolongement logique : nouveau contrat pour Shiraishi, nouveau film de commande, et encore un film de genre – cette fois-ci un thriller fantastique. Le hic, c’est qu’il s’agit de l’adaptation d’un manga. Attendez-vous donc à des personnages relativement simplistes et à une histoire qui ne pourrait entrer en lice pour le prix Pulitzer du pauvre – le coup du meurtre sous hypnose, on ne va pas dire qu’on y a déjà eu droit 100 fois… mais peut-être 99 ? De toute façon, difficile de faire mieux que le génial CURE en la matière.

Heureusement pour le spectateur conciliant, FUNÔHAN se révèle assez divertissant. Les personnages sont peu fouillés (voire ratés), mais le « méchant » de l’histoire est plutôt réussi – on dira qu’il a un certain charisme, contrairement aux flics (Erika incluse) et aux autres individus. On sent poindre ici l’attraction de Shiraishi pour les bad guys, souvent privilégiés au sein de sa filmographie. De plus, tout cela est bien filmé et monté, le petit « côté légende urbaine » est une bonne idée et quelques meurtres valent le détour – Shiraishi’s touch.

En bref : rien de neuf sous le soleil désarticulé des tueurs en série, mais un spectacle correctement exécuté.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

_________________________________________________________

Quick Review in English:

+ Shiraishi working with a studio is a good thing
+ I like his very low budget movies but he has to do more…
+ Because honestly, some of his found footage films started to go around in circles
+ Some good ideas, most of them are about the murders: pretty interesting
+ You can feel the Shiraishi’s touch in several scenes
+ Ôsako Shigeo’s cameo!
+ Well directed movie

– It’s from a manga: most of the characters are very simple
– The story is not that good… Murders, hypnosis…  Déjà-vu
– A « horror » thriller to see once, maybe, but easily forgotten

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Fantastique, Horreur, Thriller, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Funôhan, Shiraishi Kôji (2017)

  1. Genki Jason dit :

    Shiraishi has made some decent horror that inventively uses modern media and I respect his work ethic so it’s nice to see him work his way into bigger budget films.

    • Oli dit :

      I totally agree with you. I like the director – and the guy. I met him once actually, for the Avant Premiere of one SENRITSU KAIKI FILE – he was so kind and funny.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s