Bleach, Sato Shinsuke (2018)


BLEACH
ブリーチ
Année : 2018
Genre : un film fantôme
Production : Warner Bros. / Universal / Pony Canyon
Réalisation : Sato Shinsuke
Avec : Fukushi Sôta, Sugisaki Hana, Yoshizawa Ryô, Miyavi, Saotome Taichi, Mano Erina, Eguchi Yôsuke, Koyanagi Yû, Tanabe Seiichi, Nagasawa Masami


Ichigo, qui a très tôt perdu sa mère dans de mystérieuses circonstances, est un adolescent au grand cœur un peu bagarreur. Il dispose surtout d’une faculté bien étrange : il peut voir les morts … Un soir, il croise la route d’une jeune femme, dont la silhouette fluette ne doit pas induire en erreur… car il s’agit d’un Shinigami, guerrier surnaturel extrêmement puissant dont la mission est double : guider les âmes égarées vers le salut, et réduire au silence les fantômes les plus dangereux… les Hollows, des spectres destructeurs invisibles aux yeux des humains.

Je ne suis pas un grand fan de manga, et encore moins de leurs adaptations sur grand écran. Pour une grandissime réussite à la RUROUNI KENSHIN, combien de naufrages sans précédent ? Ne connaissant le manga BLEACH ni d’Eve, ni d’Adam, vous allez trouver bizarre que je puisse m’intéresser à son adaptation cinématographique… Et vous aurez raison. En réalité, c’est le nom du réalisateur qui m’a convaincu : Sato Shinsuke, responsable de GANTZ, du sympathique INUYASHIKI et surtout de l’époustouflant I AM A HERO !

Eh bien, chers amis, quelle déception… Car entre I AM A HERO et BLEACH, c’est le jour et l’ennui. Dans BLEACH rien ne va, absolument rien ne colle. Déjà parlons du premier sujet qui fâche : la réalisation de Sato est fade au possible, avec en point d’orgue des scènes d’action horribles et molles. Les décors, d’une pauvreté sans nom (un fast food, un lycée, un petit parc, le bord d’une rivière périurbaine…) n’aident sans doute pas, c’est vrai. Mais quand même… Pire : les acteurs sont à côté de la plaque. Sont-ils mauvais par essence, mal dirigés ou tout simplement abandonnés à leur triste sort par des dialoguistes complètement perdus ?

Et puis il y a cette histoire navrante, qui aurait pu faire office de nanar si ça avait prêté à sourire. Mais non, c’est juste insupportable. L’espèce de Shinigami improvisé, ces féroces fantômes vraiment hideux (les économies sur les décors n’ont pas permis de financer des CGI de qualité ?) et la sempiternelle histoire du maître et de son disciple rebelle, qui va finalement relever la tête et progresser pour devenir le parfait petit soldat. Du déjà-vu. Encore, et encore, et encore. Avec des personnages intéressants et une réalisation carrée, ça aurait pu passer. Mais là, non. Ça coince. Ça ennuie. Ça agace. Et la fin, qui semble annoncer une suite, ne relève pas le niveau, loin de là.

BLEACH représente tout ce qui m’insupporte dans un certain cinéma japonais actuel : adaptation facile d’un manga populaire, de belles gueules mais pas d’efforts qualitatifs pour le casting, un réalisateur trop conciliant qui paraît somnoler en mode drama, une histoire lisse, un budget mal utilisé. Pourquoi diable se retrousser les manches quand on sait que, sur le seul titre du manga, le film se vendra ? En bref : en la matière focale (fécale… ?), Miike Takashi fait aussi mal – mais c’est mieux filmé.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

_____________________________________________

Quick Review in English:

+ Usually, I like this director – I AM A HERO, INUYASHIKI…
+ Maybe young teenagers could like this BLEACH live-adaptation?

– The story is not interesting, boring, with stupid characters and bad dialogues
– Was it like that in the manga?!?
– The master and his disciple, the training… deja-vu so many times…
– Sato is a good director – he seems asleep, during this movie – looks like a drama
– The fights are so bad
– The actors are not good
– The sets are so… basic! A fastfood, a common street, a highschool…
– The CGI are not even good

 

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Action, Fantastique, Fantômes, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Bleach, Sato Shinsuke (2018)

  1. Genki Jason dit :

    I never really got into the source manga/anime for the same criticisms you have for the film. To be fair, I never gave it a chance so it could have got better but it’s one of those long-running series which demands a massive investment in time.

    Also, yeah, the director is good.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s