Vision, Kawase Naomi (2018)


VISION, aka Voyage à Yoshino
ビジョン
Année : 2018
Genre : vert dur
Production : Kumie / Slot Machine
Réalisation : Kawase Naomi
Avec : Juliette Binoche, Nagase Masatoshi, Iwata Takanori, Natsuki Mari, Minami, Moriyama Mirai, Tanaka Min


Jeanne, une Française d’une cinquantaine d’années, se rend dans la forêt de Yoshino, à Nara, afin de lever le mystère sur une plante légendaire, surnommée Vision, et qui n’apparaîtrait qu’une fois tous les 997 ans. Sur place, au sein de la nature changeante de cette forêt millénaire, elle rencontre Satoshi, un citadin fatigué ayant décidé de quitter la ville il y a une vingtaine d’années de cela.

Kawase Naomi revient dans sa région de Nara avec un film étrange, intitulé VISION, entre voyage à rebours initiatique, ode à la nature et à ses charmes, cruels ou bénéfiques, parfois inexplicables. Presque mystiques ? Ce n’est sans doute pas dû au hasard, mais VISION renvoie subrepticement à deux anciens films de la réalisatrice (qui n’a jamais fait mieux à mon humble avis) : SHARASÔJU (les enfants qui disparaissent) et MOE NO SUZAKU (cette histoire de tunnel, cette nature éternelle).

Cinématographiquement parlant, Kawase Naomi a heureusement progressé depuis la fin des années 90, où je découvrais chacun de ses films avec un engouement poignant. Filmé et photographié avec maestria, VISION fait littéralement respirer la dense forêt de Yoshino. Le vent dans les arbres, les feuilles dans le vent… comme un chuchotement… L’entendez-vous, à présent ?

Curieusement, et malgré cette forêt à peine magnifiée par le regard précis de la réalisatrice (je dis « à peine », car cette forêt est sublime au naturel), j’ai eu du mal à me passionner pour le récit conté dans VISION. La première partie est enchanteresse, mais j’ai trouvé que la seconde se complaisait à empiler les chapitres d’un improbable récit sans jamais inclure le spectateur dans le processus. C’est en effet parfois difficile à suivre, à vivre. À comprendre ? Plus dommageable : si VISION emprunte beaucoup à deux grands films dédiés aux forêts japonaises et aux citadins fatigués (l’arbre de CHARISMA, l’entier scénario de INUGAMI) c’est aussi, hélas, sans jamais parvenir à égaler la structure narrative de ces derniers.

Enfin, et les mauvaises langues diront que j’en veux inutilement à Kawase Naomi depuis mon petit coup de gueule à propos de scènes de maltraitance animale dans FUTATSUME NO MADO, mais la réalisatrice récidive dans VISION. Entre la mort d’un cerf en gros plan (le cinéma n’est-il pas censé contenir une part de travestissement ?) et un chien visiblement drogué pour le bien d’une scène, j’avoue avoir du mal à suivre… Une réalisatrice qui ne cesse de clamer son amour de la nature mais qui manque autant d’empathie pour le monde animal, ça m’interpelle.

Oli :        
Yasuko :

Bande annonce :

________________________________

Quick Review in English:

+ Yoshino forest is such a beautiful place
+ The movie is a tribute to the nature, the way it can talk to us if we take the time to listen
+ References to SUZAKU (the tunnel) and to SHARA (the children who disappear)
+ The first part of the movie is good, the beauty of the nature is touching
+ But even the most beautiful things can hurt

– Are the references to CHARISMA and INUGAMI made on purpose?
– The tree of CHARISMA, the whole scenario of INUGAMI!
– Those movies are better than VISION
– The second part of VISION is troubling…  not a lot of sense?
– Kawase seems to have forgotten her audience during the process
– Once again, there a few scenes with animal abuse…
– … An anesthetized dog, really? I’m not sure, but it looks like it…

 

 

//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=GTM-TSDWBT6var dataLayer=dataLayer || [];
(function(w,d,s,l,i,h){if(h==’tagmanager.google.com’){return}w[l]=w[l]||[];w[l].push({‘gtm.start’:new Date().getTime(),event:’gtm.js’});var f=d.getElementsByTagName(s)[0],j=d.createElement(s),dl=l!=’dataLayer’?’&l=’+l: »;j.async=true;j.src=’//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=’+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f);})(window,document,’script’,’dataLayer’,’GTM-TSDWBT6′,window.location.hostname);

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, Love Story, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Vision, Kawase Naomi (2018)

  1. Genki Jason dit :

    Lots of interesting points. It’s a beautiful film and that’s the chief joy. I’m not sure about the connection to Charisma due to the very different themes of Kurosawa’s film. It’s interesting to think about.

    • Oli dit :

      I’m not sure either, actually. But the thematics are close from my point of view – and the tree… I know you liked the movie, for me it has been a little more difficult.

  2. Benjamin dit :

    J’ai vu ce film à la cinémathèque de Nice en compagnie de la réalisatrice qui était invitée à revenir sur sa carrière avant de nous présenter son métrage. Je suis sorti très partagé, au début happé par le récit puis finalement mis de côté, j’ai trouvé la narration très maladroite et la montée en puissance du final assez artificielle.

    • Oli dit :

      On se rejoint, alors. Je ne sais pas si tu as vu ses premiers films, mais à mon sens, elle n’a jamais fait mieux.

      • Benjamin dit :

        Je n’ai vu que Still the Water ( bien aimé même si je te rejoins sur la séquence de la mise à mort de la chèvre) et An ( haricots rouges) qui est à mon avis porté par kiki kirin ( le film finit de manière pataude)
        Durant la master class à la cinémathèque nous avons vu des extraits de ses courts métrages expérimentaux.
        Naomi Kawase tente le mystique, l’introspection et les symbolisme dans son cinéma mais par manque de finesse, elle égare parfois le spectacteur…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s