Jûni-nin no shinitai kodomotachi, Tsutsumi Yukihiko (2019)


JÛNI-NIN NO SHINITAI KODOMOTACHI, aka 12nin no shinitai kodomotachi, aka 12 Suicidal Teens
十二人の死にたい子どもたち
Année : 2019
Genre : 13, ça porte malheur pour se suicider aussi ?
Production : Warner Bros / NTV / CTV
Réalisation : Tsutsumi Yukihiko
Avec : Sugisaki Hana, Mackenyu, Kitamura Takumi, Takasugi Mahiro, Kuroshima Yuina, Hashimoto Kanna, Yoshikawa Ai, Hagiwara Riku, Fuchino Yûto, Bandô Ryôta, Furukawa Kotone, Takeuchi Aisa


Douze adolescents, qui souhaitent mettre fin à leurs jours pour des raisons très différentes, ont constitué un groupe sur Internet afin de passer à l’acte. Ils se réunissent finalement dans un hôpital abandonné, où l’un d’entre eux a tout organisé. Un détail incongru attirera malgré tout leur attention : le corps d’un jeune homme, mort, couché dans un lit. Pourrait-il avoir été assassiné ? Ne faudrait-il pas faire toute la lumière sur cet épineux mystère avant, d’éventuellement, rejoindre ce treizième individu ?

Pour vous dire la vérité, j’ai quelque peu délaissé la carrière de Tsutsumi Yukihiko après les films 20 SEIKI SHÔNEN, celle-ci ayant pris un virage un peu plus grand public – une bonne chose pour le portefeuille de l’intéressé, une plus triste pour les amateurs d’un cinéma plus aventureux et décomplexé. Avec JÛNI-NIN NO SHINITAI KODOMOTACHI (aka 12 SUICIDAL TEENS), on se dit que le réalisateur a entre les mains une bonne occasion de renouer avec ses fans de la première heure : douze adolescents s’étant rencontrés sur Internet pour se suicider ensemble, se réunissent dans un hôpital désaffecté pour passer à l’acte… Sur place, ils découvrent un jeune homme… déjà mort et sans doute assassiné. Le début de l’intrigue fonctionne relativement bien. On se pose quelques questions, et voir le groupe de futurs suicidés se déchirer autour du plan à suivre (enquêter, passer à l’acte, etc.) n’est pas déplaisant.

Hélas, l’illusion ne dure qu’un instant. Les trous gênants dans le scénario (pourquoi ne pas inspecter le cadavre ?), les regards interdits des protagonistes, les grands drames qu’ils traversent et les petits discours faussement alambiqués les illustrant finissent rapidement par ennuyer. La faute à un manque d’enjeux cinématographiques criant – défaut majeur qu’un spectateur chevronné/dépité décèlera très tôt dans le récit. Dès lors, à quelle branche cassée (ou sciée par le réalisateur et le scénariste ?) peut-on bien se raccrocher ? À la photo sombre et léchée, et à la réalisation qui tente des coups d’esbroufe pour grossir le trait et nous faire croire à un vrai thriller ? Non. Au jeu des acteurs, pas déshonorant mais très inégal ? Oh non, surtout que le casting, composé de jeunes individus âgés de plus de 20 ans, n’est pas du tout crédible pour incarner des adolescents – mais ça arrive tellement souvent dans ce genre de productions au Japon que l’on finit par ne plus y prêter attention. Au message du long métrage peut-être – à savoir que le suicide, c’est pas bien ? Alors celle-là, on ne nous l’avait jamais faite !

Bref. 12 SUICIDAL TEENS n’est pas un mauvais film, mais un piètre thriller doublé d’un drame humain peu consistant.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

___________________________________________

Quick Review in English:

+ Well, the filmmaking and the photography are rather good…
+ They try to make you believe you’re watching a real and deep thriller
+ And that works, during the first minutes of the movie

– The stakes of the scenario, the plot… That’s not very deep, not really exciting
– A few holes in the plot
– The characters are supposed to be teenagers…
– … But all the actors are above 21 years old I guess

 

 

//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=GTM-TSDWBT6var dataLayer=dataLayer || [];
(function(w,d,s,l,i,h){if(h==’tagmanager.google.com’){return}w[l]=w[l]||[];w[l].push({‘gtm.start’:new Date().getTime(),event:’gtm.js’});var f=d.getElementsByTagName(s)[0],j=d.createElement(s),dl=l!=’dataLayer’?’&l=’+l: »;j.async=true;j.src=’//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=’+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f);})(window,document,’script’,’dataLayer’,’GTM-TSDWBT6′,window.location.hostname);

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Drame, Thriller, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s