Nobi, Ichikawa Kon (1959)


NOBI, aka Fires on the Plain
野火
Année : 1959
Genre : leyte shift
Production : Daiei / Kadokawa
Réalisation : Ichikawa Kon
Avec : Funakoshi Eiji, Takizawa Osamu, Mickey Curtis, Hoshi Hikaru, Ushio Mantarô, Tsukida Masaya, Sugita Yasushi, Hamaguchi Yoshihiro, Ishiguro Tatsuya, Inaba Yoshio, Sano Asao


Durant la deuxième guerre mondiale, à Leyte aux Philippines, Tamura, un soldat japonais malade, va errer entre son bataillon, qui ne veut plus de lui, et l’hôpital de fortune situé non loin de là qui ne l’estime pas suffisamment malade pour le prendre en charge. Son sergent lui ayant ordonné de se suicider plutôt que de revenir au camp amoindri, Tamura ne va pas hésiter bien longtemps : livré à lui-même, abandonné par l’armée impériale comme tant d’autres soldats, promis à une mort certaine en raison de la fatigue et de la famine, l’intéressé va pourtant essayer de survivre. À son rythme. Coûte que coûte.

En 1959, le maître Ichikawa Kon réalisait NOBI. Le film est tiré du livre de Ōoka Shōhei, soldat anonyme envoyé aux Philippines en 1944 sans trop savoir quoi y faire. Il y connut l’horreur de la mort, l’effroi de la peur, puis la captivité entre les mains des Américains. Quatorze ans après la fin de la guerre, Ichikawa Kon portait donc son histoire sur grand écran – et quatorze années, c’est très court, surtout quand on sait que le Japon était, encore à cette époque, assez frileux pour reconnaître en détails les exactions commises durant ce terrifiant conflit. À titre d’exemple, qui se souvient, aujourd’hui, que le film LES SENTIERS DE LA GLOIRE, de Kubrick à propos de tristes faits d’armes français lors de la première guerre mondiale, avait été interdit à sa sortie en France… en 1957 ?

Malgré son grand âge, NOBI fait preuve d’une certaine modernité : le film commence directement, par une scène particulièrement dure. Le générique n’arrivera que quelques minutes plus tard, mais celui-ci accompagnera la caméra en mouvement en suivant, pas à pas, un pauvre soldat. Les yeux hagards, déjà un peu perdus. Déjà un pied dans l’irréalité. Plans larges. Une nature imposante. Une jungle écrasante.

Paumés, abandonnés par leur pays, guidés soit par une simple envie de survie, soit par la cruauté propre à certains soldats fanatisés, ils errent comme des morts-vivants, ont parfois à peine la force de respirer, de se lever pour pisser… d’enjamber les cadavres pour passer. Des cadavres qui peuvent se relever… se remettre à parler – scènes à la fois terribles et cocasses à la clé. Une nouvelle preuve de la maestria de Ichikawa Kon. NOBI est un film dur et introspectif : quand la guerre offre à l’homme son reflet cruel, à travers le miroir déformant du désespoir. Où l’on tue pour une poignée de sel. Un mauvais réflexe. Un cri.

Mais NOBI est également une œuvre magistrale sur la forme, nimbée d’un noir et blanc maîtrisé qui lui va comme un gant, des plans larges où l’on est invité à se perdre, et portée par des acteurs impliqués, presque… habités. On n’en sort pas indemne. Tsukamoto Shinya non plus visiblement, puisque l’intéressé a réalisé un remake très intéressant de ce grand film en 2014.

Oli :

_____________________________________________________

Quick Review in English:

+ A great movie. A great, and deep movie
+ Ichikawa talks about despair, human weaknesses…
+ And you, what would you do? Would you let you die?
+ Would you try to live, whatever the cost is?
+ Would you want to see, just one more time, a real human face?
+ Some many great shots, the photography is fantastic
+ The actors are fabulous, it feels so real
+ The movie was released in 1959, only 14 years after the end of the war…
+ This movie is not neutral at all

– This slow-paced war story may not be liked by everyone

 

 

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Drame, Guerre, Oldies, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s