Marebito, Shimizu Takashi (2004)


MAREBITO
稀人
Année : 2004
Genre : métro, boulot, dero
Production : Adness / AtEntertainment / CP
Réalisation : Shimizu Takashi
Avec : Tsukamoto Shinya, Miyashita Tomomi, Nakahara Kazuhiro, Ninagawa Miho, Sugata Shun, Amagi Junko, Haneda Masayoshi, Saitô Ayumu


Masuoka vit quelque peu reclus dans son petit appartement et semble vivre au rythme de ses délires de vidéaste. Obnubilé par la peur, il traque l’étrangeté… la mort illustrée. Il pense avoir trouvé le paroxysme de l’effroi chez un homme : son regard ne trompe personne. Juste avant de se donner la mort dans le métro tokyoïte, ses yeux ont en effet exprimé une peur viscérale, insondable… Désireux de ressentir le même sentiment, aussi effroyable soit-il, Masuoka part enquêter dans les étranges tunnels du métro, sa caméra à la main. Pour la première fois, il va alors entendre parler des Dero…

MAREBITO est un film (prétendument ?) fantastique extrêmement original, qui sort le spectateur de sa zone de confort dès les premières minutes, et qui m’avait assez impressionné à l’époque de sa sortie. Tsukamoto, presque habité par son rôle, campe avec brio le dénommé Masuoka, pauvre hère asocial obnubilé par bien des étrangetés… et notamment ce regard, celui d’un homme, avant la mort. Pourquoi Masuoka souhaite-t-il éprouver la même peur ? Désire-t-il mourir… ou être puni ?

Descente improbable dans les tunnels oubliés du métro tokyoïte, première apparition pleine de grâce, de force et d’angoisse de l’improbable F, à la fois si morte et si vivante, amour de mannequin désarticulé… mystères autour de Masuoka, de ses obsessions, d’une vie vécue par procuration sur des écrans vidéos, de cette femme cachée dans les ombres et qui le harcèle… Malade mental, tout simplement paumé… délire parental ?

Sous ses faux airs de film de frissons, MAREBITO distille en réalité une espèce de jeu de piste… miné – certains spectateurs risquent d’y laisser leur peau. Le long métrage de Shimizu Takashi est en effet sujet à interprétation, et chacun y ira de sa petite idée sur l’intrigue, ses rebondissements, ses non-dits et ses pansements. Pleins de sang. Si vous souhaitez connaître mon avis sur la question, vous pouvez cliquer sur le lien suivant. Bien évidemment, chacun est libre d’adhérer ou pas au discours alambiqué de Shimizu. D’opter pour le premier, le second, voire le énième degré. Attention vous pourriez finir grand brûlé du bulbe.

On a souvent reproché à Shimizu de faire toujours la même chose, aussi je me vois mal crucifier les idées, la trame très originales de MAREBITO sur l’autel de la compréhensibilité. Oui MAREBITO a des défauts. Trop flou, trop verbeux, trop fou, le film de Shimizu frise également le ridicule à plusieurs reprises – savoir s’il sombre ou non dedans dépendra de la propension de chacun à faire face à la suspension volontaire d’incrédulité. Une chose est sûre : MAREBITO propose un bien étrange voyage, très imparfait, certes. Mais une odyssée bancale et surprenante, tournée parait-il en huit petits jours, vaut selon moi bien plus que n’importe quel long métrage à la structure prémâchée, écrasé dans l’étau de l’hégémonie de ces grands studios, trop souvent dépourvus d’idées.

Oli :

Trailer :

______________________________________________

Quick Review in English:

+ Don’t say that Shimizu always do the same kind of movies: this time it’s really original
+ Tsukamoto is great
+ The young actress who plays F is visually astonishing
+ A slender, fragile eroticism
+ Mysterious story, each spectator may have a different interpretation
+ Refreshing: original movie, original story, impossible to expect what’s coming next…

– Not a scary movie, more a strange and deep thriller, a slow-paced fantasy trip
– Sometimes it’s almost ridiculous, you may don’t like that
– You may not be able to « enter » in the movie
– The film is sometimes too talkative

 

 

 

//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=GTM-TSDWBT6var dataLayer=dataLayer || [];
(function(w,d,s,l,i,h){if(h==’tagmanager.google.com’){return}w[l]=w[l]||[];w[l].push({‘gtm.start’:new Date().getTime(),event:’gtm.js’});var f=d.getElementsByTagName(s)[0],j=d.createElement(s),dl=l!=’dataLayer’?’&l=’+l: »;j.async=true;j.src=’//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=’+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f);})(window,document,’script’,’dataLayer’,’GTM-TSDWBT6′,window.location.hostname);

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Fantastique, Thriller, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Marebito, Shimizu Takashi (2004)

  1. Rick dit :

    J’adore ce film de Shimizu, sans doute mon préféré de lui, aux côtés des deux premiers téléfilms JU-ON, et peut-être dans ses oeuvres les plus récentes de son RABBIT HORROR (que je dois revoir d’ailleurs). En tout cas, pour un film tourné en Mini-DV, et surtout en une seule semaine, chapeau. Shimizu a eu la chance aussi d’avoir Tsukamoto pour le rôle principal, qu’il joue à la perfection. Raaaah tu m’as donné envie de resortir mon dvd !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s