Sumaho o otoshita dake nanoni, Nakata Hideo (2018)


SUMAHO O OTOSHITA DAKE NANONI, aka Smartphone wo otoshita dake nanoni, aka Stolen Identity
スマホを落としただけなのに
Année : 2018
Genre : Facebook of the dead
Production : Tokyo Broadcasting System / Toho
Réalisation : Nakata Hideo
Avec : Kitagawa Keiko, Chiba Yûdai, Narita Ryô, Tanaka Kei, Harada Taizô, Kakei Miwako, Kaname Jun, Kitamura Takumi, Sakai Kenta, Bakarizumu, Takahashi Maryjun


Asami semble vivre le parfait amour. Mais son quotidien va rapidement basculer dans l’irrationalité… à la suite d’un évènement inattendu : son petit ami qui oublie son smartphone dans un taxi… L’objet, récupéré par un hacker aux motifs particulièrement obscurs, va permettre à ce dernier de s’immiscer dans la vie d’Asami… et dans celle de tous ceux qui partagent leur quotidien avec elle sur les réseaux sociaux.

L’éther en pente douce. Soporifique et inintéressante au possible, la filmographie de Nakata Hideo descend doucement mais sûrement dans le monde des drama de pacotille. Produit par et pour la télévision, SMARTPHONE WO OTOSHITA DAKE NANONI (« mais j’ai juste égaré mon smartphone… ») ne trompe personne : il est destiné à meubler, des années durant, les débuts de soirée de familles japonaises plantées devant leur écran de télé. Avec sa photographie et sa réalisation passe-partout (d’aucuns diront lénifiantes) pour ne pas choquer la rétine d’un non-cinéphile, ses acteurs sans saveur mais particulièrement vendeurs sur le petit écran (Keiko joue bien quand il faut sourire, boire du thé et envoyer des SMS, pas quand son rôle se complexifie sur la fin) et ce côté « thriller choquant » mais en fait pas du tout parce que c’est super édulcoré, SMARTPHONE WO OTOSHITA DAKE relève plus du special drama (ou téléfilm au Japon) que du film tourné et pensé pour le grand écran, et ses imposantes salles obscures.

C’est d’ailleurs en m’attardant quelques instants sur ce dernier point, que je vais dire un peu de bien du film de Nakata – sans verser dans le discours laudatif pour autant. Pris comme un simple petit drama, tourné rapidement, sans prétention, pas très bien écrit et avec quelques acteurs à la dérive comme souvent à la télévision, SMARTPHONE WO OTOSHITA DAKE se révèle relativement divertissant. C’est globalement mauvais, mais le petit écran parvient à faire avaler la pilule – de cyanure. On s’amuse du début du film, tout en dilettante, on est un tout petit peu surpris par le changement de ton après le premier tiers du récit, on se demande qui est le coupable… bref c’est presque le film parfait à visionner en faisant autre chose : la cuisine, le ménage, l’amour, les comptes de fin de mois – rayez la mention inutile.

Hélas, même pris comme un petit thriller relativement passable par le moins exigeant des cinéphiles et cinéphages (c’est la même famille de fous), SMARTPHONE WO OTOSHITA DAKE commet une faute de goût impardonnable vers la fin du récit – une espèce de twist inutile et improbable, dans le seul but de surprendre les spectateurs – jusqu’aux plus endurcis : oui, oui, même toi là-bas, qui avais anticipé la fin de THE SIXTH SENSE, THE USUAL SUSPECTS, SOYLENT GREEN et LA JETÉE réunis. La révélation du film de Nakata, tu vas te la prendre en plein visage. Et selon ton humeur du moment, exploser de rire, ou souffler de dépit – t’ouvrir les veines, non, quand même pas. On laisse ça à celles et ceux qui sont allés voir TERMINATOR: DARK FATE au cinéma.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

___________________________________________________________

Quick Review in English:

+ Well… What can I say? OK. The movie starts lightly, almost like a romantic comedy
+ And… Well… The movie tries to change his tone several times, that’s a good idea
+ If you take this film as a soap opera, you may think it’s a « ok » entertainment
+ Yeah… it’s kind of funny to guess who is the culprit

– But this film is not a drama, it’s a movie… If you paid to see that in a theater…
– … you may be angry!
– Produced by TV companies, to be broadcast on TV, for a particular audience
– It’s watered down to please this « tv audience »
– So don’t look for a strong filmmaking or photography here
– Don’t even expect great actors! But I’m sure Keiko’s smile is enough for TV
– There is a twist. One of the worst I have ever seen – does that make this film special?

 

//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=GTM-TSDWBT6var dataLayer=dataLayer || [];
(function(w,d,s,l,i,h){if(h==’tagmanager.google.com’){return}w[l]=w[l]||[];w[l].push({‘gtm.start’:new Date().getTime(),event:’gtm.js’});var f=d.getElementsByTagName(s)[0],j=d.createElement(s),dl=l!=’dataLayer’?’&l=’+l: »;j.async=true;j.src=’//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=’+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f);})(window,document,’script’,’dataLayer’,’GTM-TSDWBT6′,window.location.hostname);

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Thriller, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s