Concrete, Nakamura Hiromu (2004)


CONCRETE
コンクリート
Année : 2004
Genre : horrible fait d’hiver
Production : Amumo K.K. / Benten
Réalisation : Nakamura Hiromu
Avec : Takaoka Sôsuke, Kobayashi Tatsuya, Komori Miki, Machida Masanori, Mano Kensuke, Mifune Mika, Miyata Daizô, Momose Yôichirô, Nagasawa Toshiya, Nakatani Akihiro, Nakatsukasa Kazutomo, Oki Naomi, Saitô Yuu, Takayanagi Sachiko, Toyoda Yôhei


Un jeune un peu paumé et bagarreur, harcelé au lycée, passe parfois ses nerfs sur sa mère… Il va bien tenter de s’insérer dans la société en travaillant d’arrache-pied, mais il aura toutes les peines du monde à nouer des liens avec ses collègues. Il va malgré tout, pense-t-il, rencontrer le grand amour… mais va basculer presque au même moment dans le monde des yakuzas. De fil en aiguille, le jeune homme va se laisser aller et faire parler la violence… et commettre des actes de plus en plus effroyables.

CONCRETE est tirée d’une horrible histoire vraie. Aussi, je ne vous divulgâcherai pas grand-chose (mais si vous voulez ne rien savoir, partez maintenant) en vous disant qu’une lycéenne y décédera dans d’atroces souffrances – même en ne connaissant pas ce crime ignoble qui secoua le Japon en 1989, il ne faut pas être sorti d’une école de cinéma ou d’une secte de binge-watching pour comprendre ce qui va se passer, dans CONCRETE : on aperçoit le cadavre d’une femme dès les premières secondes… Un flashback peu ragoûtant en guise de mise en bouche…

Je ne sais trop quoi penser du film, de sa démarche. Il aurait sans doute mieux valu en faire un documentaire, peut-être ? Remarquez, ils existent… Je dis ça car CONCRETE est particulièrement difficile à encaisser. La première partie du long métrage est assez intéressante, puisqu’elle dépeint le quotidien de jeunes un peu paumés et qu’elle explique (plus ou moins bien) comment de petits cons peuvent devenir de cruels tortionnaires. Malgré une interprétation correcte (Takaoka Sôsuke, Mika la fille de Mifune Toshirô…), la deuxième moitié du film a, au contraire, beaucoup plus de mal à passer. D’abord parce que le réalisateur n’a rien d’un grand, et que l’on ne peut pas apprécier CONCRETE seulement pour sa technique, ses idées de mise en scène, son montage, etc. On doit donc avant tout s’attacher au fond. Et ce n’est pas facile, quand on sait qu’il n’y aura pas d’échappatoire pour cette jeune femme. Pire : on a du mal à regarder ces personnages de criminels dans les yeux quand on sait, qu’en plus, la justice japonaise fit preuve de beaucoup de mansuétude à leur égare (ils étaient mineurs à l’époque des faits), qu’ils sont donc sortis de prison après quelques années, ont commis de nouveaux crimes, sont ressortis pour la plupart et qu’ils habitent peut-être aujourd’hui dans la même ville que moi… qu’ils respirent le même air que moi.

Malgré tout le film, même s’il a volontairement altéré certains détails de l’histoire, permet aussi de ne pas oublier – certains ne regardent pas de documentaire, ou ne lisent aucun livre. Par exemple, il faut la voir pour y croire, à cette lâcheté… la faiblesse de celles et ceux qui préfèrent fermer les yeux plutôt que de prendre le risque de parler – la fille fut torturée et violée pendant 44 jours au premier étage de la maison de l’un des adolescents. Oui ses parents, apeurés (traumatisés ?), n’ont quasiment pas bougé le petit doigt. Et la facilité avec laquelle des jeunes se laissent aller à commettre les pires choses qui soient (je n’entre pas dans les détails mais c’est innommable) entre deux parties de mah-jong ou de PlayStation, laisse sans voix. J’aurais sans doute préféré que le film s’attarde plus longuement sur la jeunesse des futurs monstres, sur la faillite d’un système familial au lieu de développer autant le calvaire de la pauvre jeune femme. Davantage d’ellipses n’auraient pas fait de mal, à mon sens. Surtout que le plan final est très discutable… pour rester poli. Mais ce n’est que mon avis. D’autres me diront peut-être que cette violence frontale et réaliste pour illustrer un crime réel et relativement récent, fait aussi réfléchir à la place d’une violence plus ludique, au cinéma, à propos de laquelle on ne s’interroge que trop rarement.

Elle s’appelait Furuta Junko. Elle est morte le 4 janvier 1989, à l’âge de 17 ans.

Oli :

______________________________________________

Review in Japanese:

映画 コンクリート

この映画は1988年に東京で実際にあった事件を元に映画化された作品で実に残虐で決して許されないそして、2度と犯してはならない内容でした。

主人公の少年が自信の入っている柔道部の先輩達にリンチを受けてから、少年が転落して行き、ヤクザの手下になり不良少年達を集めリーダーになり、レイプを重ねて行く。
やがて事件の被害者となった女子高生を約40日間監禁拉致し、
その間の少年達は少女をもて遊び、暴力、レイプ、火あぶり等で散々と痛めつけます。
実際にこんな事があったなんて信じられません。

映画の彼女の衰弱しきって弱々しくも「頑張る」と何回も言うシーンは、痛々しくもあり、この少年達に嫌悪感が増しました。

見ている最中、見終わった後には、ただただ胸糞悪さだけが残る作品でしたが、あえて決して忘れてはならない事件だと思います。

Yasuko :

______________________________________________

Quick Review in English:

+ From an awful true story
+ Maybe useful to don’t forget what happen to this young girl, in 1988&1989?
+ Some young actors and actresses are rather good
+ The first part (about the youth of the future torturers) is interesting

– Is it really useful to show those horrors in the second part? I don’t know
– It’s a true story, we know the ending… that makes this film difficult to bear
– Not a great filmmaker, thus we have to focus on the story… and that hurts
– The final scene… It’s strange… and unforgivable?

 

 

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Drame, Horreur, Yakuza, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Concrete, Nakamura Hiromu (2004)

  1. Onigiri Joe dit :

    J’avais deja entendu parle de cette histoire mais de loin. Et apres avoir lu ton article je suis alle chercher des details sur wikipedia. Et c’est glacant. Ca fait trois jours que j’essaye de penser a autre chose, sans succes.
    Je vais essayer de trouver le courage de regarder le film.

    • Oli dit :

      Le film est actuellement disponible sur Amazon.jp Prime Video. Très honnêtement, je ne sais pas si c’est une bonne idée pour toi, de le regarder. Tu seras sans doute encore plus à cran après…
      PS : moi en fait, je l’ai vu en plusieurs fois…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s