Guinea Pig 3: senritsu! Shinanai otoko, Kusumi Masayuki (1986)


GUINEA PIG 3: SENRITSU! SHINANAI OTOKO, aka Guinea Pig 3: Shudder! The Man Who Never Dies
ギニーピッグ3 戦慄! 死なない男
Année : 1986
Genre : à mourir… de rire ?
Production : Sai Enterprise
Réalisation : Kusumi Masayuki
Avec : Araki Shinsuke, Eve, Satô Masahiro, Shibata Rie, Shinki Keisuke


Un jeune employé, souffre-douleur de ses collègues et de son patron, vit seul dans un petit appartement, coincé entre son kotatsu, ses cassettes vidéo et sa Famicom. Fatigué, à bout, il décide de se suicider… de s’ouvrir les veines avec un cutter. La première tentative ne sera pas la bonne. Parce que ça fait mal. Parce que ça pique. La deuxième entaille sera plus profonde. Beaucoup, beaucoup plus profonde. Mais à sa grande surprise, l’intéressé ne ressentira aucune douleur.

Si le format reste à peu près le même (vidéo d’une quarantaine de minutes, photo simple un peu crade), GUINEA PIG 3 tourne pourtant complètement le dos aux deux premiers films. Cette fois-ci on a en effet droit à un scénario, un vrai, et le ton du récit n’a absolument plus rien à voir avec celui des opus précédents : GUINEA PIG 3 est une comédie ! Une comédie macabre, certes, mais une comédie quand même, avec cette touche de fantastique improbable et bienvenue qui n’aurait pas dépareillée dans TALES FROM THE CRYPT ou CREEPSHOW – bon, il aurait sans doute fallu censurer quelques scènes particulièrement gores et frontales… même si l’humour, omniprésent, vient constamment dégonfler cette violence très graphique.

On se marre vraiment, au début du film, avec cet employé qui décide de mettre fin à ses jours et qui réalise qu’il ne peut pas mourir ! C’est vraiment très cocasse, du sang gicle, un membre tombe, quelques répliques font mouche et ce pauvre suicidé se creuse la tête (au sens propre comme au figuré) pour trouver une porte de sortie à cette situation incongrue. Difficile de ne pas être conquis. Hélas tout ce qu’il avait à offrir, GUINEA PIG 3 nous le délivre durant les vingt premières minutes de l’intrigue. La deuxième moitié du film ne se renouvelle pas et tourne en rond, et finit par décevoir.

Oli :        
Yasuko :

_______________________________________________

Quick Review in English:

+ This time, Guinea Pig is a comedy! With a touch of fantasy and a lot of gore
+ With less gore effects, it could have been an episode of TALES OF THE CRYPT
+ Very good make up and gore effects, once again
+ Really fun, during the first 20 minutes, and surprising

– But it gets a little boring during the second part

 

 

 

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Comédie, Fantastique, Gore, Oldies, V-Cinema, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s