Nagi machi, Shiraishi Kazuya (2019)


NAGI MACHI, aka Sea of Revival
凪待ち
Année : 2019
Genre : à quitte ou double ?
Production : Kino Films
Réalisation : Shiraishi Kazuya
Avec : Katori Shingo, Nishida Naomi, Lily Franky, Otoo Takuma, Tsunematsu Yuri, Yoshizawa Ken


Ikuo ne travaille plus. Il passe son temps à parier sur les courses cyclistes (le Keirin)… Il vit en concubinage avec Ayumi, originaire de Miyagi, et sa fille Minami – avec laquelle il joue souvent aux jeux vidéo. Son père étant atteint d’un cancer visiblement incurable, Ayumi décide de quitter la ville pour retourner dans sa région natale, qui fut en partie ravagée par le tsunami de 2011. Elle pense aussi que l’air de la campagne fera du bien à sa famille : Ikuo y travaillera dans une petite imprimerie et arrêtera les paris, tandis que sa fille, aux penchants hikikomori, pourrait peut-être tirer profit de sa nouvelle vie, loin de la grande ville.

Avec NAGI MACHI, le talentueux Shiraishi Kazuya déplace le traditionnel film noir dans l’arrière-pays, transforme un drame urbain aux relents de triste thriller en une odyssée humaine dans la préfecture de Miyagi… région touchée par le terrible tsunami de mars 2011, et qui n’a toujours pas fini de panser ses plaies.

Un couple recomposé qui vit en concubinage, et Katori Shingo qui campe cet homme un peu raté, bon à rien ou simplement déboussolé, qui a plutôt bon fond mais qui est aussi rongé par une passion démesurée pour les jeux d’argent – les courses cyclistes en particulier. Avec la fille de sa compagne, il accepte de quitter la grande ville pour se rendre à Miyagi, et s’occuper ainsi de son « beau-père », un pêcheur atteint d’un cancer en phase terminale.

NAGI MACHI est un film parfois dur, mais touchant et très intéressant. La manière dont sont dépeints le petit monde crépusculaire des jeux d’argent, et les petites villes japonaises un peu reculées interpelle. Les personnages sont également bien ciselés, avec en tête de liste le gentil raté incarné par Katori Shingo – qui a bien fait de quitter l’écurie Johnny’s, puisqu’un tel rôle était inenvisageable du temps où il appartenait encore au groupe SMAP.

S’il y a bien une ou deux petites choses qui m’ont déplu dans l’intrigue, je préfère ne pas les envisager dans ces lignes pour ne rien vous dévoiler d’important. D’ailleurs, ne regardez pas le trailer. Il est en effet préférable de se lancer dans NAGI MACHI sans trop savoir où l’on met les pieds. La tête. Le cœur ?

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________________

Quick Review in English:

+ Another very good movie from Shiraishi Kazuya
+ Interesting story about a broken man, about an area that was hit by the tsunami…
+ About a family, about men and women… Just human beings
+ About those small cities in the hinterland, about gambling… about human weaknesses
+ Katori Shingo is great, it was a good idea to leave the Johnny’s studio…
+… Thanks to that, now he can act in that kind of movie

– A few things i did not like in the story, but I cannot talk about it
– Don’t watch the trailer, it shows too many important things in my opinion

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Drame, Polar / Film Noir, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s