Yûrei yashiki no kyôfu: Chi wo sû ningyô, Yamamoto Michio (1970)


YÛREI YASHIKI NO KYÔFU: CHI WO SÛ NINGYÔ, aka The Vampire Doll, aka Bloodsucking Doll
幽霊屋敷の恐怖 血を吸う人形
Année : 1970
Genre : défense d’hanter !
Production : Toho
Réalisation : Yamamoto Michio
Avec : Matsuo Kayo, Nakao Akira, Nakamura Atsuo, Kobayashi Yukiko, Minakaze Yôko, Futami Tadao, Hamamura Jun, Sakai Sachio, Sekiguchi Ginzô, Takashima Itaru, Takashina Kaku, Usami Jun


Un jeune homme, épris de la belle Yuko depuis l’université et sans nouvelle de l’intéressée, décide de lui rendre visite, dans le manoir reculé où elle habite, avec sa mère et un serviteur muet mais dévoué. Il arrive sur place un soir d’orage, à peine éclairé par la foudre qui déchire régulièrement le ciel. Fraichement accueilli par la mère, il apprend alors la terrible nouvelle : Yuko est morte… Dévasté, le jeune homme décide de se recueillir sur la tombe de celle qui fut, un temps, sa petite amie.

CHI WO SÛ NINGYÔ appartient à une espèce de sous-catégorie horrifique au Japon. On l’appelle gothic horror. En gros et pour faire simple, il s’agit de films d’inspiration européenne : architecture (vieux châteaux ou manoirs), et folklore – spectres s’éloignant des canons japonais, vampires, etc. CHI WO SÛ NINGYÔ rappelle ainsi les meilleures heures de la Hammer, jusque dans ses magnifiques scènes de studio dont l’artificialité confine à l’irréalité – c’est ce qui m’a toujours fasciné, chez le studio anglais.

Filmé avec beaucoup de soin par Yamamoto Michio, CHI WO SÛ NINGYÔ prend son temps, et n’abuse pas des scènes « choc ». Tout le contraire de la majorité des films d’horreur japonais actuels, qui plient et finissent souvent par rompre sous les tentatives de jumpscare… Ce sens du rythme lancinant, la mise en place d’un Mal imperceptible, latent, est l’une des plus belles réussites du film. C’est aussi pour cela que, lorsque le réalisateur lâche enfin les chevaux, eh bien ça surprend. La scène finale m’a littéralement cloué sur place, taillé en pièces !

Avec son intrigue qui semble tourner autour de revenants, voire d’une espèce de vampire, Yamamoto Michio brouille les pistes. Le spectateur qui tentera de remonter le fil rouge sang d’Ariane pour deviner l’origine de la malédiction risque bien d’y laisser des plumes – surtout que très tôt dans le récit, le spectateur en question risque bien de tomber dans le premier piège tendu par un réalisateur sans doute au sommet de son art (les deux films suivants seront moins bons) : qui est donc le personnage principal de CHI WO SÛ NINGYÔ ?!?

Sous ses apparences de simple petit film d’horreur gothique de plus, dont certains effets ont bien évidemment vieilli, CHI WO SÛ NINGYÔ avance masqué. Pour mieux délicieusement nous surprendre. Nous prendre amoureusement par la main pour finalement, la tordre. Et finir par nous envoûter. Jusque dans ces détails que certains jugeront insignifiants (l’origine des bruits du vent), mais qui quand on y songe bien, glacent le sang.

Oli :        
Yasuko :

Trailer des trois films (CHI WO SÛ NINGYÔ étant le premier) :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ A magnificent horror movie from the seventies
+ Beautiful scenes, gorgeous sets, it reminds me of the Hammer
+ Very good story, very mysterious: is it about a ghost, a vampire… something worse?!
+ Not so many « shocking scenes » and jumpscare like modern j-horror
+ This movie knows how to take its time, the atmosphere is memorable
+ It’s « gothic horror », Japanese horror with an European background
+ The character of the mother…
+ Good actors (Nakao Akira is still a huge star)
+ The final climax. Amazing!

– Of course this is old-school horror, you have to keep this in mind

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Horreur, Oldies, Vampire, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Yûrei yashiki no kyôfu: Chi wo sû ningyô, Yamamoto Michio (1970)

  1. princecranoir dit :

    Du gothique à la mode japonaise ! C’est une piste que je n’ai pas encore explorée. Je savais que la Hammer, dans la mouise financière, s’était acoquinée un temps avec la Shaw pour mettre un peu de kung-fu dans son horreur, mais je ne savais rien de cet ersatz du soleil levant. En tout cas, ce que tu décris donne envie : manoir, spectre, vampires,
    … On reconnaît tout de même sur une des photos cette manie qu’ont les fantômes d’apparaître dans votre dos avec la tête rentrée dans les épaules.

    • Oli dit :

      Mais s’agit-il d’un spectre… ? ^^ C’est là justement que je trouve le film intéressant pour le genre, il essaie de brouiller les pistes.
      Mais tu as raison. On se rend compte que beaucoup des codes usés jusqu’à la corde aujourd’hui encore sont en fait repris de vieux films tels que celui-ci, le suivant (dont une scène superbe sera reprise pas mal de fois et notamment par Nakata Hideo), TÔKAIDÔ YOTSUYA KAIDAN (le mythe de Oiwa) et bien sûr… KAIDAN, celui de 1964 !

  2. Rick dit :

    Vu au mois de Mai également, énormément aimé. L’ambiance est vraiment top, très Hammer jusque dans ses décors qui font plus Anglais que Japonais par moment. Et cette photographie sublime typique des années 70. Il faut que je vois la suite !

    • Oli dit :

      Merci pour ton retour. Les suites devraient te plaire, ça reste sympa à voir, même si c’est bien en-dessous du premier à mon sens.

      • Rick dit :

        Je me doute un peu, j’avais eu des échos comme quoi c’était un peu moins bon. Pour ça que pour le moment, je n’ai que le premier film, que je reverrais sûrement avec plaisir à l’ocaz ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s