Hatsukoi, Miike Takashi (2019)


HATSUKOI, aka First Love, aka First Love, le dernier Yakuza
初恋
Année : 2019
Genre : amoureux à en perdre la tête ?
Production : Toei / OLM
Réalisation : Miike Takashi
Avec : Kubota Masataka, Konishi Sakurako, Ômori Nao, Sometani Shôta, Becky, Uchino Seiyô, Miura Takahiro, Murakami Jun, Yen Cheng-Kuo, Takitô Kenichi, Tuan Chun-hao, Shiomi Sansei, Fujioka Mami, Bengal, Deai Masayuki


Leo, un boxeur un peu désabusé, croise un soir la route d’une jeune femme qui se prostitue… pour rembourser les dettes d’un père cruel qui la hante encore, maintenant. Sur un coup du sort, un coup de sang, Leo décide de venir en aide à la demoiselle, poursuivie par un drôle d’énergumène. Les évènements vont alors se succéder à vitesse grand V, et impliquer un flic corrompu, des yakuzas, des traitres, une mafia chinoise et autres joyeusetés. La nuit ne sera pas de tout repos.

Avec FIRST LOVE, Miike Takashi revient à ses premières amours. Je sais, c’est facile à dire après. Surtout que le titre du film n’avait rien de messianique à la base : qui y croyait, franchement ? Miike s’étant perdu des décennies durant, réalisant, consciemment, quelques jolis coups mais aussi de trop nombreux ratés. Amis nostalgiques, qui avez découvert le serial filmeur dans les années 90 et début 2000 avec des films comme DEAD OR ALIVE, AUDITION, THE BIRD PEOPLE IN CHINA, ZEBRAMAN et THE CITY OF LOST SOULS, soyez rassurés : Miike n’est pas mort et enterré ! Si on eu plusieurs fois l’impression qu’il ne remonterait jamais la pente (artistiquement parlant), le bonhomme est parvenu, en de rares occasions, à nous surprendre ces dernières années, avec quelques films de qualité. Mais cette fois-ci, la surprise va encore plus loin : FIRST LOVE semble directement découler de ces films tant aimés sortis durant ce que j’ose appeler l’âge d’or de Miike.

Drôle quand on ne s’y attend pas forcément, rythmé, violent, surprenant, Miike renoue ici avec la recette empoisonnée et si instable qui a fait sa réputation. Pour construire ce succès bâti sur les racines désormais fragilisées d’une carrière en dents de scie (rapport à AUDITION ?!?), Miike a pu s’appuyer sur le scénariste Nakamura Masa, une plume de talent à laquelle on doit des titres comme DEAD OR ALIVE 2, THE BIRD PEOPLE IN CHINA… « Ouf » de soulagement dans l’assistance : FIRST LOVE n’est donc pas une énième adaptation de manga ! Enfin, le réalisateur a pu profiter ici d’un casting bien pensé, qui s’est parfaitement immergé dans l’univers barré du duo Nakamura/Miike. Kubota Masataka est parfait dans le rôle de ce boxeur doux, obligé de jouer les durs. Souvenez-vous : en 2009, dans l’improbable drama DOGU-CHAN, je lui prédisais déjà un avenir radieux ! Parmi les bonnes surprises, difficile de ne pas citer Becky. Autrefois essentiellement comédienne à la télévision, c’est suite à un scandale (scandale relatif, on est au Japon), que Becky a pu se défaire des oripeaux imposés de l’image parfaitement lisse de la fille parfaite (à la Ayase Haruka, davantage actrice de pub que de cinéma). Eh bien Becky n’est définitivement pas Ayase Haruka, et elle le prouve une nouvelle fois ici en étant parfaitement crédible dans un rôle déglingué pas si facile. Enfin, je me dois de citer la performance de Sometani Shôta. Son personnage de yakuza froid, drôle, calculateur et imprévisible est une parfaite illustration de ce que je disais tout à l’heure : on est bien dans un film de Miike à l’ancienne !

S’il ne s’agit pas d’un grand film pour autant (quelques personnages en retrait, un épilogue affreux), FIRST LOVE est tellement euphorisant et disons-le, honnête dans sa démarche, qu’il serait pour le moins incongru de bouder notre plaisir, en particulier quand on est (était ?) fan de Miike.

Oli :        
Yasuko :

Images : lovingmovies

Trailer :

____________________________________________

Quick Review in English:

+ From the screenwriter of DEAD OR ALIVE 2 and BIRD PEOPLE
+ It’s like an oldschool Miike movie, the golden era (90’s and early 2000’s)
+ Good casting
+ It can be funny, surprising, violent, almost scary sometimes

– Some characters are less interesting than others
– The epilogue is awful, it looks like it comes from another movie…


A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Comédie, Thriller, Yakuza, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Hatsukoi, Miike Takashi (2019)

  1. Genki Jason dit :

    « From the screenwriter of DEAD OR ALIVE 2 and BIRD PEOPLE »

    Two of Miike’s best!

    I was interested in seeing your comments on Becky. I remember the scandal…

  2. Rick dit :

    Voilà bien un film que je suis content de te voir aimer. Et puis je vois que toi aussi, le nom de la scénariste t’as mis la puce à l’oreille. Ça met direct en confiance quand tu vois son palmares pour Miike. Basiquement, on est d’accord sur toute la ligne, j’ai d’ailleurs oublier de parler de Becky dans ma critique, qui est extra il est vrai (et met encore plus l’héroïne de l’histoire d’amour en arrière plan). Je crois que de te voir aussi enthousiaste pour le film me donne envie de me le refaire très vite finalement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s