AI hôkai, Irie Yû (2020)


AI HÔKAI, aka AI Amok
AI崩壊
Année : 2020
Genre : ai aïe aïe…
Production : NTV / Warner Bros. / CTV
Réalisation : Irie Yû
Avec : Osawa Takao, Tamaki Sora, Iwata Takanori, Kaku Kento, Miura Tomokazu, Hirose Alice, Takashima Masahiro, Ashina Sei, Tamashiro Tina, Yo Kimiko, Kameda Risa, Naito Masaki


Un couple de chercheurs tente de mettre au point une Intelligence Artificielle entièrement dédiée à la santé. Guérir, prévenir, conseiller… Hélas, Kiryu Kôsuke se retrouvera vite seul, avec sa fille : sa femme, atteinte d’un cancer, décédera avant la finalisation du projet… Après ce terrible évènement, Kôsuke parviendra malgré tout à terminer son programme révolutionnaire, et il en confiera les rênes à son beau-frère. Bien décidé à quitter ce monde qui lui a laissé tant de souvenirs amers, il part s’installer à Singapour avec sa fille.

Quelques années plus tard, en 2030, Kôsuke revient au Japon. Il y est accueilli comme un héros, un génie. Son programme d’Intelligence Artificielle, désormais connu sous le nom d’AI Nozomi, accompagne tous les citoyens japonais dans leur vie quotidienne : horaires des transports, services médicaux ou bancaires, smartphones et tablettes, sécurité, conduite assistée et tant d’autres applications qui ont su rendre AI Nozomi absolument indispensable au bien-être des gens.

AI HÔKAI, le film de Irie Yû (qui change de registre après le sombre VIGILANTE), ne me disait pas grand-chose et je l’avais d’ailleurs soigneusement évité jusque-là. Mais… j’ai malheureusement appris la disparition de Ashina Sei, le 14 septembre 2020. Elle n’avait que 36 ans. J’appréciais beaucoup cette actrice, hélas souvent cantonnée aux seconds rôles au cinéma et à la télé. Une bien triste nouvelle qui m’a poussé à louer AI HÔKAI, le dernier film tourné par Ashina Sei pour le cinéma. Je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être pour avoir l’impression de lui dire au revoir ? Hélas elle est ici reléguée à l’arrière-plan, dans un tout petit rôle de flic qui doit constamment faire la tête, à l’instar de ses collègues qui ont semble-t-il eux aussi reçu comme instruction de ne laisser transparaitre aucune émotion. Prestation monolithique, j’oserai même un « artificielle », à la manière de l’intelligence décrite dans le film. Tant pis. Ce n’est pas elle qui a créé ce rôle, elle n’est pas responsable de la vacuité de l’écriture des personnages : ceux-ci sont à peu près tous ratés, ou tout du moins caricaturaux et déjà vus cent fois auparavant.

Le film, pourtant, n’est pas vraiment mauvais. C’est un blockbuster à la japonaise va-t-on dire, donc un peu fade et où tout doit être surligné au feutre rouge pour être bien compris du grand public – celui qui regarde un film en pianotant sur son smartphone ou en se coupant les ongles. Je dois quand même avouer avoir été surpris, en particulier au début. Je m’attendais à un thriller avec quelques grammes de finesse, mais le film de Irie Yû abat ses cartes pachydermiques très tôt : l’IA pète un câble au bout de quelques minutes (un HAL hyperactif ?), et on bascule immédiatement dans une espèce de thriller très bourrin mêlant à la fois les courses-poursuites (à la PLATINUM DATA ?), les scènes de panique et le film catastrophe – voire le whodunit, hélas complètement gâché par un climax final ridicule et pas toujours très logique.

Miné par des problèmes d’écriture et l’abus de grosses ficelles tellement visibles qu’on a l’impression de se les prendre régulièrement en pleine figure, AI HÔKAI se révèle malgré tout divertissant : c’est rythmé, on n’y va pas avec le dos de la cuillère et le futur (très) proche qui y est décrit est (très) crédible.

Au revoir et merci, Ashina Sei.

Oli :      
Yasuko :

Trailer :

_____________________________________________

Quick review in English:

+ I watched this film because it is the last movie of Ashina Sei
+ She died in September 2020… I liked this actress a lot. RIP, Ashina san
+ A fast paced movie, no time to get bored
+ The 2030 future as described in the movie is credible
+ Despite its flaws, it’s an entertaining movie

– Ashina Sei has a very, very small part in this movie…
– … and her character is very poorly written… like all the other characters actually
– This movie is not original
– It’s hard to believe in the way the hero runs away from the police (very lucky guy)
– This movie talks about AI, but it’s not so clever… It’s very simple actually

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Catastrophe, Science-Fiction, Thriller, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour AI hôkai, Irie Yû (2020)

  1. Genki Jason dit :

    Sad news about Ashina. RIP.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s