Vigilante, Irie Yû (2017)


VIGILANTE
ビジランテ
Année : 2017
Genre : frères de sang
Production : Studio Blue / Toei
Réalisation : Irie Yû
Avec : Ômori Nao, Suzuki Kôsuke, Kiritani Kenta, Shimada Kyûsaku, Mamiya Yuki, Okamura Izumi, Sugata Shun, Shinoda Mariko, Yoshimura Kaito,Ômiya Shôji


Trois enfants sont quotidiennement battus par leur père. Un soir où les coups pleuvent plus que de raison, l’ainé décide de s’enfuir. Les trois frères se retrouveront bien des années plus tard, après la mort de leur père… qui leur a légué une maison sans valeur mais surtout un terrain vague… qui attire bien des convoitises.

Irie Yû est un « jeune » réalisateur intéressant, qui a touché un peu à tout (pinku, drama…), qui fut chaudement récompensé (Grand prix du festival de Yûbari en 2009, par exemple) et qui, aujourd’hui à l’instant même où j’écris ces lignes, continue de varier les projets, les genres et les tons. Parce qu’entre AI HÔKAI, blockbuster sans âme mais efficace sorti en 2020, et VIGILANTE, une espèce de drame familial sanglant (au titre trompeur) datant de 2017, il n’y a pas de réel dénominateur commun – à part la réalisation léchée d’un technicien qui semble prendre au sérieux le moindre de ses projets, quelque soit leur importance.

Porté par trois bons acteurs, VIGILANTE nous plonge dans les méandres d’un drame familial au tracé sinueux, mais à la tragédie passée si profondément ancrée dans les chairs qu’elle parait devoir décider du destin de ces hommes blessés trop tôt… trop jeunes. Battus par leur père, trois frères se retrouvent des années plus tard. Adultes… mais pas forcément beaucoup plus solides. Deux d’entre eux paraissent avoir particulièrement mal tourné : le premier travaille pour des petits yakuzas et fait le chaperon pour des prostituées, tandis que l’ainé, revenu de nulle part, parle peu ou pas, et est sujet à des accès de violence. Le dernier membre de la fratrie parait avoir réussi : père de famille, marié à une belle femme et politicien dévoué… à ses supérieurs, et non pas aux citoyens. Est-il prêt à tout pour réussir, quitte à oublier ce qu’est un véritable sourire ?

Doté de personnages principaux assez bien écrits mais de rôles secondaires bénéficiant d’un traitement peut-être moins fin, VIGILANTE propose un triste voyage particulièrement prenant, dur et intéressant dans une zone périurbaine japonaise décrite avec beaucoup de réalisme, où les yakuzas de bas-étage semblent se jouer des règles… là où d’autres se jouent de ces yakuzas.

Les criminels en col blanc sont peut-être ceux qui ont le plus de rouge sur les mains.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

________________________________________________________

Quick Review in English:

+ Good actors
+ Irie Yû is an interesting director, he can shoot many kind of movies, dramas…
+ A dark and realistic story
+ An interesting description of a perirurban area in Japan – not the countryside…
+ … but not the big city either

– The supporting roles are maybe not so well-written
– OK, that kind of dark movie about family, yakuzas, money… kind of deja-vu

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Drame, Polar / Film Noir, Yakuza, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s