Misumisô, Naitô Eisuke (2018)


MISUMISÔ, aka Liverleafe
ミスミソウ
Année : 2018
Genre : faits d’hiver
Production : Nikkatsu / L’espace Vision
Réalisation : Naitô Eisuke
Avec : Yamada Anna, Shimizu Hiroya, Ôtani Rinka, Ôtsuka Rena, Endô Kenshin, Endô Masato, Kataoka Reiko, Konno Ayaka, Morita Aki, Nakata Seina, Sakura Arisa, Terada Minori, Toda Masahiro, Ôtomo Kazuki


Nozaki, une jeune fille venue de Tokyo qui s’est installée dans une petite ville de campagne avec sa famille, est devenue le souffre-douleur de la plupart de ses camarades de classe. Victime de tortures psychologiques et physiques, elle ne peut compter sur l’aide de personne, et surtout pas sur celle de sa professeure principale, qui détourne régulièrement le regard. Sous la neige tapissée de feuilles meurtries, la vengeance est-elle un plat qui se mange chaud, ou froid ?

J’aime bien le réalisateur Naitô Eisuke. Ses films sont généralement très solides, techniquement parlant, et abordent des thèmes parfois antipodaux. En cela, Naitô Eisuke est un peu le roi du grand écart… quitte à frôler l’anathème, lorsque ce mélange d’influences se retrouve dans un seul et même film.

Dans SENSEI WO RYÛZAN SASERU KAI, il dépeignait avec un certain réalisme sa vision d’un horrible fait divers – des adolescentes ayant décidé de provoquer la fausse couche de leur professeure. Puis il y eut des films d’horreur, un brin grand-guignolesque comme KÔSOKU BÂBA, ou un peu moins fantaisiste mais toujours bien tiré par les cheveux avec PUZZLE – mais dans un divertissement de ce calibre, on arrive souvent à fermer les yeux sur les nombreuses approximations qui parsèment le récit. Ce que je n’ai jamais réussi à faire avec MISUMISÔ.

Filmé de manière extrêmement carrée, MISUMISÔ dépeint les mésaventures d’une communauté dans une petite ville de campagne. Le tout est présenté de façon très réaliste, et c’est ce qui m’a gêné. Ce qui a mis à mal ma suspension volontaire d’incrédulité. Oui, même moi j’ai des limites. Comment croire un seul instant à l’histoire du film ? Le harcèlement scolaire, absolument odieux, conté dans la première partie du film peut encore passer – même si ça va globalement trop loin. Mais par la suite, cette espèce de jeu de massacre en hommage à BATTLE ROYALE et sans doute à Meiko Kaji (SHURAYUKI HIME) tombe à mon sens complètement à plat. Comment croire à ces cadavres qui s’amoncèlent sur la neige, à quelques dizaines de mètres de quartiers pavillonnaires sans que personne ne lève le petit doigt ? Comment croire à l’absence de la police, voire du moindre témoin quand des crimes sont commis en pleine rue, en plein jour ? Comment ne pas tiquer face au choix déraisonné du scénariste qui décide de faire du moindre personnage de son récit, un taré ? Dans MISUMISÔ, les gens ont presque tous un grain. Pas un flocon de neige. Un grain ! Les adolescents, les profs, les parents… Les habitants des campagnes apprécieront.

Je n’ai donc jamais pu entrer dans le film. Peut-être en ira-t-il autrement avec vous. Peut-être serez-vous plus sensible que moi aux drames vécus par cette pauvre fille au petit cœur gélif, à cette histoire surréaliste contée de manière réaliste. Peut-être que toutes les incongruités du scénario s’effaceront, comme neige au soleil, sous la réalisation irréprochable de Naitô Eisuke et le jeu de ses jeunes actrices, particulièrement inspirées. Peut-être parviendrez-vous à vous contenter de ces remarquables scènes de violence, qui arrivent parfois sans prévenir, et devant lesquelles on ne sait pas si on doit pleurer, ou rire.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

________________________________________________________

Quick Review in English :

+ I like this director, he tried many different things in the past…
+ … And technically, he improved a lot
+ Beautiful winter panoramas
+ Good actresses
+ The violent scenes are well done, like a « Battle Royale in the snow »…
+ … with a Kaji Meiko vibe?

– Your willing suspension of disbelief may be litterally broken in pieces!
– So many things hard to believe, in such a realistic movie, in a realistic town
– Too many crazy people. At the end, it looked a bit ridiculous for me

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Drame, Gore, Horreur, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Misumisô, Naitô Eisuke (2018)

  1. Rick dit :

    Ahlala tu vas me forcer à poster mon avis plus rapidement que prévu pour faire le contre avis, même si je suis d’accord pour les défauts scénaristiques du film. Ça ne m’a pas dérangé pendanr 1h20, mais dans les 30 derniéres minutes quand tu comprends que tout le monde a un grain c’est tellement too much!
    Par contre je vois que ta femme a beaucoup aimé 😉 Je me sens moins coupable de te l’avoir filé (même si en soit, tu n’as pas adhéré, mais tu n’as pas détesté non plus)

    • Oli dit :

      Je n’ai pas « détesté » le film, il y a pas mal de bonnes choses, mais j’ai tellement souvent levé les yeux au ciel que… ça m’a un peu irrité.^^ Je suis très content de l’avoir vu. Quand j’aime bien un réal de toute façon, je me dois de voir tout ce qu’il fait. Techniquement je trouve d’ailleurs que la réalisation de Naitô s’est affinée avec le temps.

      • Rick dit :

        Plutôt d’accord oui, même si j’en ai moins vu que toi, je trouve que sa mise en scène s’améliore avec le temps clairement.
        Après, mieux vaut tenter de voir tous ses films que tous ceux signés Miike… C’est déjà moins long 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s