Zipang, Hayashi Kaizô (1990)


ZIPANG
ジパング
Année : 1990
Genre : made in Zipang !
Production : EXE / TBS / Toho
Réalisation : Hayashi Kaizô
Avec : Takashima Masahiro, Yasuda Narumi, Bengal, Sano Shirô, Jukkanji Baiken, Teru, Nagasaki Masumi, Azuma Chiyonosuke, Narita Mikio, Sawada Kenya, Wada Takuya, Nakayama Seigen, Akiyoshi Michiru, Xiu Jian, Yamato Yukio


Jigoku Gokurakumaru est un jeune samouraï, qui relève d’ailleurs plus du mercenaire, errant avec quelques sbires plutôt originaux… et un éléphanteau ! Sa tête est mise à prix, mais la plupart des chasseurs de primes du pays se sont cassé les dents sur son épée. Bretteur hors pair, Jigoku Gokurakumaru est aussi fort en gueule qu’en combat : une jeune pistolero l’apprendra à ses dépens… Au hasard de ses aventures trépidantes, Jigoku Gokurakumaru va mettre la main sur une bien étrange épée dorée… et magique ! Mais un ninja surpuissant est aussi sur la trace de cette relique issue d’un monde… parallèle ?

ZIPANG est une œuvre d’une générosité incroyable, faite de morceaux de bravoure improbables et de personnages hauts en couleur, attachants et affables. C’est aussi l’archétype même du film pas forcément très bien réalisé (franchement la plupart des combats sont moches), pas très bien interprété (mais les acteurs semblent se faire plaisir à surjouer et le thème s’y prête) ni doté d’un gros budget – les créatures fantastiques qui peuplent les étranges contrées dépeintes dans ZIPANG sont souvent de simples comédiens légèrement grimés ou tout simplement affublés d’un casque grotesque. Même l’éléphanteau, fidèle animal de compagnie du héros (ne cherchez pas…), est en réalité un simple costume en plastique bas de gamme !

Mais à défaut de talent, le film a des idées, de l’allant ! Cette aventure nimbée de comédie, de magie, d’action et d’étranges créatures accumule les risques filmés au point, je pense, de finir éventuellement dans le mur à la suite d’un énième dérapage incontrôlé – une partie du public devrait être foncièrement allergique au spectacle proposé. Moi, j’ai été emballé ! Le film va de surprise en surprise (au point de ne plus avoir ni queue ni tête, j’en conviens), le réalisateur tente des choses qui donnent un certain cachet à l’ensemble (les accélérations soudaines) et les personnages sont relativement développés au point, d’ailleurs, de réserver à chacun leur propre petit morceau de bravoure – le ninja est tout simplement fabuleux : il va quand même s’arracher une côte dans laquelle il avait préalablement dissimulé une lame afin de s’échapper de prison ! Complètement fou !

Magies, armes improbables, anachronismes assumés, scénario loufoque et des scènes techniquement peu inspirées mais osées, et souvent bien pensées : cet instant incroyable où l’indigène se dresse, entièrement doré, sur un rocher avec sa lame en flammes… le raid hallucinant dans les gigantesques escaliers… les ninjas qui s’envolent par grappes entières vers le ciel, comme aspirés par un démon invisible et ventru… cette violence ponctuelle qui fait mal… cette jolie pistolero aux mauvaises manières mais au futur radieux (Yasuda Narumi deviendra célèbre)… les ninjas qui attaquent en surfant littéralement sur les herbes… le roi maudit avec de l’or dans les veines et un lingot à la place du cœur… Bancal, baroque, foutraque… ZIPANG ne peut laisser indifférent, et sa sortie en 1990 fut plutôt remarquée, avec une très belle chanson signée X Japan et deux jeux vidéo, sortis la même année, sur Famicom et PC Engine – et dix ans plus tard sur PlayStation 2.

Les spectateurs conquis navigueront entre sourires complices, regards interdits et rêves abscons. Les moins tolérants risquent au contraire de s’ennuyer ferme.

Oli :       

Extrait :

Images : vintageninja
___________________________________

Quick Review in English:

+ Magic, adventure, sword fights, strange characters…
+ This movie is not afraid of anything: it takes a lot of risks!
+ So many crazy ideas!
+ A very entertaining Jidai-geki comedy fantasy trip
+ All the characters seem important, even the bad ones (the ninja!!!)
+ Some incredible scenes

– Technically speaking, well, it’s not so good (the fights for instance)
– Yes, you may think it’s ridiculous
– You might be bored, if you don’t like that kind of crazy/stupid movies

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Action, Aventure, Comédie, Fantastique, Jidai-geki, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Zipang, Hayashi Kaizô (1990)

  1. princecranoir dit :

    Les photos font envie, le côté foutraque que tu décris m’évoque celui de « Zu », pas mal d’éléments qui méritent de ne pas zapper Zipang. 😉

    • Oli dit :

      Ah oui ! Le sniper que tu es vient de pointer ce détail qui me turlupinait et que j’ai oublié d’incorporer à ma chronique : le film a un petit côté Chine/HK donc Shaw Bros old school sans talent certes, mais attachant. Bien vu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s