Himeanole, Yoshida Keisuke (2016)


HIMEANOLE, aka Hime-anôru
ヒメアノ~ル
Année : 2016
Genre : une histoire d’amort
Production : Django Film / Happinet / J Storm
Réalisation : Yoshida Keisuke
Avec : Morita Gô, Hamada Gaku, Satsukawa Aimi, Muro Tsuyoshi, Komakine Ryusuke, Yamada Maho, Ôtake Makoto, Takagi Ken

Ando et Okada travaillent ensemble. Le premier, à la personnalité pour le moins étrange, est aussi fou amoureux d’une jeune femme, serveuse dans un café… et à laquelle il n’a jamais adressé la parole. Il se confie alors à Okada, et lui parlera également d’un autre homme, aux cheveux teintés, et qui comme lui semble être un stalker… intéressé par la même fille. Coïncidence : Okada reconnaîtra cet homme – l’un de ses anciens camarades de classe. Ando convainc alors Okada de renouer contact avec son ancien ami, afin de lui faire comprendre qu’il n’a aucune chance avec la jolie serveuse…

Quand un stalker plutôt original mais gentil en apparence, qui est convaincu d’avoir trouvé l’âme-sœur en la personne d’une serveuse dans un banal café, se rend compte qu’un autre stalker, aux ambitions plus sourdes, est sur la trace de la même jeune femme, le résultat ne peut être qu’explosif ! Mais en réalité pas du tout. Enfin, pas immédiatement. HIMEANOLE relève ainsi, près d’une heure durant, plus de la comédie que d’autre chose. Et on se surprend alors à rire, de vive voix ou de manière plus gênée, des tribulations d’Ando (génial et très dérangeant Muro Tsuyoshi) qui parvient à convaincre son sympathique et timide collègue, Okada, de décourager Morita – le second stalker, il faut suivre !

Malgré quelques coups douteux (hérités du manga ?), le film, malin, emprunte alors des chemins relevant presque de surprenantes traboules, en dépeignant des personnages malmenés par la houle… du destin. Tour à tour drôles, attachants, inquiétants et répugnants, à tel point qu’aucun d’entre eux, depuis les rôles principaux jusqu’aux plus obscurs seconds couteaux, ne laissera le spectateur indifférent. On rira parfois, on grincera des dents, souvent. On détournera aussi éventuellement les yeux de l’écran, à plusieurs reprises, lorsque le piège tendu par le réalisateur se refermera sur les doigts des spectateurs, interdits et peut-être un brin bouleversés. Par une jolie petite histoire d’amour en forme d’improbable bonheur. Et par autre chose que l’on pourrait qualifier d’insondable horreur ?

Oli :      
Yasuko :

Trailer (qui en montre trop dans la 2ème partie vous êtes prévenus) :

___________________________________

Quick Review in English:

+ It’s almost a « two movies in one » concept
+ So many different tones. Is it a dramatic story? A love one? A comedy?
+ A dark thriller? Will it become violent? Are there some hidden secrets?
+ Great actors and actresses
+ A mesmerizing story, very funny sometimes. But very disturbing too…
+ All the characters are very well written. You’ll care about all of them…
+ Yes, all of them: the main AND the secondary characters

– A few things are not really credible
– Impressionable people may be shocked…
– I still don’t know the meaning of the title of the film ahahah!

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Comédie, Drame, Love Story, Thriller, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Himeanole, Yoshida Keisuke (2016)

  1. princecranoir dit :

    Je n’entends rien à ces histoire de stalkers. Et je ne parviens même pas à comprendre comment se prononce le titre de ce film. Une énigme bien gardée ?

    • Oli dit :

      Je te rassure. Moi non plus, même après avoir vu le film, je n’ai pas compris le sens du titre ! Concernant le flou artistique de ma chronique, comme tu l’as deviné c’est voulu. Je suis le plus souvent là pour donner envie aux gens de voir, ou pas, des films. Et parfois je pense qu’il convient d’en dire le moins possible. D’ailleurs, depuis quelques années, je me surprends à regarder de moins en moins de bandes annonces…

  2. Rick dit :

    Et bien tu as attiré ma curiosité avec ce titre, ce que tu en dis me fait envie, et je vois quelques acteurs et actrices que je connais et apprécie, donc je m’en vais partir à la quête du Graal, sans avoir vu la bande annonce vu que je n’en regarde jamais pour ma part (et quand je regarde, c’est après avoir vu le film, par curiosité, voir comment le film est vendu au public).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s