Psychic Vision: Jaganrei, Ishii Teruyoshi (1989)


janganreiPSYCHIC VISION: JAGANREI, aka Jaganrei
サイキックビジョン 邪願霊
Année : 1989
Genre : femmes hantées des années 80
Production : Cosmo Office
Réalisation : Ishii Teruyoshi
Avec : Ishii Kazue, Umehara Masaki, Takenaka Naoto, Satō Emi, Awashima, Honda, KURO, Yoshida Terumi, Mizuno Haruo, Honda Shūichi

Une petite équipe de télévision décide de faire un reportage sur les idoles. La journaliste, accompagnée de son cameraman et du producteur, commencent alors à suivre Emi : le quotidien des décideurs dans des salles de réunion enfumées, les séances de photos, le studio d’enregistrement… Très vite, l’équipe sera témoin d’évènements étranges.

janganrei 06janganrei 07

janganrei 09janganrei 08

Bien avant l’avènement de THE BLAIRWITCH PROJECT, il y eut d’autres films ou bouts de films qui tentèrent l’expérience immersive et réaliste du vrai-faux reportage. Au Japon, on pense par exemple au remarquable FOCUS qui influença d’ailleurs, je crois, l’excellent NIGHTCRAWLER. Mais de nombreuses années avant, il faut également garder une pensée émue pour le mouvant JAGANREI : avec sa caméra à l’épaule utilisée dans le cadre d’un vrai-faux reportage au sujet d’une idole dans les années 80, JAGANREI ferait presque office de précurseur – on en vient même à se demander si Shiraishi Kôji ne s’en est pas inspiré à ses débuts, comme curseur maudit pour ses idées folles. Et Quid de Nakata Hideo, avec son JOYÛREI et ce fantôme s’invitant sur les plateaux ?

janganrei 05janganrei 10

janganrei 11janganrei 12

Du haut de ses cinquante petites minutes, JAGANREI n’a pas le temps de tourner en rond, de laisser le spectateur perplexe, voire moribond. Certes l’essentiel des scènes « choc » (notez les guillemets) se situe vers la fin du récit, mais le métrage de Ishii Teruyoshi (KUSHISAKE ONNA) a l’intelligence de distiller çà et là des indices dérangeants sur les supplices qui, irrémédiablement pense-t-on, finiront par frapper. Surtout le film, à la caméra plutôt posée pour le genre (qui n’existait pas encore !) bénéficie de la présence, presque cachée, de l’inénarrable Takenaka Naoto et de l’ambiance surannée du marché vidéo des années 80 (les expérimentations, le grain de l’image…) et du Japon de ces années-là : clopes et odeurs de tabac froid, les gens qui se baladent avec leur walkman, la jpop qui explose, le petit monde des idoles en apparence jamais morose, la naïveté d’une époque, comme figée dans le temps.

Si l’on met de côté ses volutes de fumée aux courbes d’amiante, JAGANREI dégage une nostalgie particulièrement criante.

Oli :       drapeau2 drapeau2
Yasuko :drapeau2

Trailer :

Images : source
___________________________________

Quick Review in English:

+ A horror mockumentary BEFORE all the horror mockumentaries
+ I felt a kind of nostalgia with this short movie
+ Nostalgia for the 80s, for Japan back then, for V-Cinema of this era…
+ An interesting movie, it must have inspired some people (Shiraishi, etc.)

– Of course it’s a small budget (even if there are some surprises!)
– Not scary actually
– The video camera does not always move very naturally (is it too « clean »?)

janganrei 03

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Fantastique, Horreur, Mockumentary, Oldies, V-Cinema, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Psychic Vision: Jaganrei, Ishii Teruyoshi (1989)

  1. princecranoir dit :

    La nostalgie, camarade, voilà le véritable théâtre des fantômes. Et s’ils chantent de la J-pop, c’est encore plus effrayant. 😉

  2. Onigiri Joe dit :

    Vu ! grace a Unext. Je me suis laisse abuser par la jaquette avec la bobine de Takenaka Naoto, qu’on ne voit finalement que tres peu. Mais ca ne m’a pas empeche d’apprecier.
    J’ai bien aime le concept de la scene finale repassee sous un autre angle. Avant blairwitch, mieux que blairwitch !

    • Oli dit :

      Ahah, pareil pour Takenaka. J’ai vu sa bouille et j’ai lancé le film ! Un bon argument marketing pour vendre ce petit film aujourd’hui.^^

      • Joe Onigiri dit :

        Ah tu as oublié de dire que le film commence par un plan nichon purement gratuit; et quand je dis commence, c’est genre la première image si je ne le trompe. Voilà, je pense que ça méritait la peine d’être signalé.

        😉

      • Oli dit :

        Je me fais vieux… A une époque, j’aurais même mis un point d’honneur à faire une capture d’écran de la scène en question… ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s