Yakusoku no Neverland, Hirakawa Yûichirô (2020)


The_Promised_NeverlandYAKUSOKU NO NEVERLAND, aka The Promised Neverland
約束のネバーランド
Année : 2020
Genre : Peter Pantalonnade
Production : Toho
Réalisation : Hirakawa Yûichirô
Avec : Kitagawa Keiko, Hamabe Minami, Itagaki Rihito, Kairi Jyo, Watanabe Naomi, Andô Miyu, Matsuzaka Tōri, Fuga Shibazaki

Emma est une adolescente drôle et pétillante, qui vit heureuse avec ses amis, orphelins comme elle, dans le grand manoir baptisé Grace Field House. Élevés par une femme qu’ils appellent Mama, institutrice, cuisinière et mère (?) dévouée, ils connaissent malgré tout parfois une pointe de tristesse, lorsque l’un d’entre eux doit quitter l’orphelinat pour être adopté et ainsi découvrir le monde alentour qui leur est interdit d’accès depuis toujours. Ce qu’ils ignorent encore, c’est qu’aucun enfant ne quitte jamais véritablement le manoir…

yakusoku neverland 01yakusoku neverland 05

yakusoku neverland 06yakusoku neverland 02

Pour je ne sais quelle raison, la dystopie pour ados est devenue une espèce de sous-genre du cinéma de science-fiction ces dernières années. Le meilleur des mondes a bon dos. L’histoire (usée jusqu’à la moelle) de jeunes exploités par une société totalitaire contrôlée par des moins jeunes (les méchants vieux !), piégés quelque part sans réellement savoir de quoi le monde extérieur est fait. THE HUNGER GAMES, DIVERGENT, THE GIVER… Si j’avoue avoir un faible pour THE MAZE RUNNER (oui, oui, j’avoue), je préfère revoir LOGAN’S RUN et BATTLE ROYALE plutôt que de subir à nouveau les premiers films cités – et que je n’ai pas pu visionner en entier pour certains. Las… THE PROMISED NEVERLAND reprend plus ou moins le schéma en question avec des enfants et des adolescents coincés dans une prison dorée, le tout, et ça c’est une bonne idée, dans un monde que l’on a du mal à situer (le futur ? une Europe fantasmée ? un univers steampunk ?). Au bout de 5 minutes de film, on découvre le pot aux roses (littéralement plantées dans la poitrine des suppliciés, ici) : les enfants sont élevés dans le seul but d’être mangés par des espèces de démons (en CGI qui piquent brûlent les yeux). Les références à l’Europe et à Hansel et Gretel apportent un peu de fraicheur au genre (je vous le rappelle au cas où : dystopie facile pour et avec des ados) mais… pourquoi vendre la mèche immédiatement ? Pourquoi ne pas avoir laissé planer la mystérieuse menace plus longtemps ?

yakusoku neverland 08yakusoku neverland 09

yakusoku neverland 10yakusoku neverland 07

Le seul intérêt de ce film techniquement faiblard et outrageusement bavard (les gamins qui complotent à voix haute au vu et au su de tous), réside alors dans la performance de Kitagawa Keiko. Ses regards froids, ses sourires carnassiers viennent relever le niveau d’un casting de piètre qualité : la plupart des jeunes acteurs présents ici-bas sont tout simplement incapables de jouer la comédie. C’est particulièrement flagrant pour Kairi Jyo, dont chaque tirade est un supplice. Aïe. Chose d’autant plus étrange qu’il s’était montré plutôt à son avantage dans MANBIKI KAZOKU. Ah oui, mais on me souffle dans l’oreillette que le réalisateur était Koreeda Hirokazu et que, lui, a bien évidemment compris que la direction d’acteurs faisait, aussi, partie de son travail.

Un spectateur indulgent dira de THE PROMISED NEVERLAND qu’il s’agit d’un long métrage qui se laisse voir au moins une fois, l’esprit aussi vagabond que les yeux, hagards, s’abîmant ponctuellement sur un autre écran. Mais dans le meilleur des mondes, les films pour ados feraient preuve d’audace, de soin et d’originalité. Dans le meilleur des mondes, Aldous Huxley ne se retournerait pas dans sa tombe.

Oli :       drapeau_blanc
Yasuko :drapeau2

Trailer :

___________________________________

Quick Review in English:

+ Mysteries about the place (Europe?), the date (steampunk?)…
+ Kitagawa Keiko’s acting is the best thing of this movie

– Dystopias for teenagers are popular recently
– With young people trapped somewhere by older (bad!) people
– They don’t know anything about the world surrounding them
– OK, it’s always the same kind of bad stories (Hunger Games, Divergent, The Giver…)
– This time it’s just a little bit different but still boring, not well written
– And with some young actors who can’t act
– The CGI are really good for a PlayStation 2 game

yakusoku neverland 11

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Science-Fiction, Thriller, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Yakusoku no Neverland, Hirakawa Yûichirô (2020)

  1. Rick dit :

    Je n’avais jamais mais alors là JAMAIS entendu parler de ce film. Mais si le Japon se met à faire comme les ricains récemment, ça va pas le faire, car comme toi…. THE HUNGER GAMES j’ai vu les deux premiers films avant d’abandonner totalement et de me dire que de ne pas savoir la fin, c’était pas grave. DIVERGENT j’ai tenu alors que le premier est tout naze, le second tout juste sympa, le trois pas bon, et on aura jamais la fin, donc tout ça pour rien… Bref, ouais, je passe mon tour et retourne à mes polars HK pour le moment haha.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s