Maniac Driver, Mitsutake Kurando (2021)


maniac driverMANIAC DRIVER
マニアック・ドライバー
Année : 2021
Genre : Don’t Drive My Car
Production : Akari Pictures / Maxam
Réalisation : Mitsutake Kurando
Avec : Kimura Tomoki, Kogawa Iori, Kimito Ayumi, Sayama Ai, Kawase Yôta, Usui Saryû, Kimura Keisaku, Kondô Yoshiki, Sonobe Kiichi, Takahashi Yoshiki, Tom Mes

Un chauffeur de taxi ayant tragiquement perdu un être proche navigue entre les néons de la nuit tokyoïte en quête d’une proie susceptible de satisfaire ses besoins. Pour trouver une échappatoire, serait-il à la recherche de la victime parfaite et expiatoire ?

maniac driver 01maniac driver 02

maniac driver 03maniac driver 04

Amoureux du cinéma de genre, Mitsutake Kurando avait su m’enchanter avec ses deux dernières productions, dotées de budgets très serrés, certes, flirtant par moment dangereusement avec la série Z, c’est un fait, mais débordant également d’idées, d’audace et d’envie : GUN WOMAN et KARATE KILL s’étaient ainsi révélés être de très bonnes surprises, tant et si bien que le spectateur avisé attendait avec une impatience grandissante le dernier film en date du réalisateur japonais, à savoir le salace MANIAC DRIVER.

Annoncé comme un hommage au giallo, MANIAC DRIVER fait illusion durant sa brève introduction, sexy, sous une douche – le spectateur découvrira bientôt que celle-ci était froide. Une scène assez crue, avec de jolies couleurs et une musique ébouriffante. Le reste relèvera hélas beaucoup plus de l’encéphalogramme plat que du giallo moderne et référencé.

maniac driver 05maniac driver 06

maniac driver 08maniac driver 07

Le film est en réalité bien bancal, et alterne les moments inspirés (quelques plans magnifiques parfois avec de jolis filtres) avec d’autres instants, hélas particulièrement nombreux, qui font preuve d’une grande maladresse (la baston finale dans l’appartement) allant parfois jusqu’à provoquer une gêne certaine chez le spectateur qui ne s’attendait pas, par exemple, à subir autant de scènes érotiques filmées sans grande imagination et que l’on subit à la chaîne. Je préfère cent fois cette caméra pernicieuse qui filme en contre-plongée une femme, assise sur la banquette arrière d’un taxi et qui croise et décroise ses jambes, vicieuses, à ces gros plans interminables sur des mains malaxant sans génie des poitrines rebondies.

Plusieurs plans magnifiques et quelques scènes bien senties, portés par des musiques de toute beauté, quelques hardeuses et un acteur principal convaincant, ne devraient pas suffire à faire sortir le spectateur de sa torpeur, surtout que le manque cruel d’enjeux devrait finir par définitivement refroidir ses ardeurs.

Oli :       
Yasuko : drapeau_blanc

Trailer :

___________________________________

Quick Review in English:

+ I loved the previous movies of Kurando Mitsutake
+ Usually he knows how to deal with small budgets
+ The main actor is interesting
+ The soundtrack is amazing, giallo style
+ A few scenes are very good, with real graphic ideas

– But many others are not (the fight scene at the end, argh)
– Too many erotic scenes, I expected a giallo, not a pinku eiga
– The erotic scenes are not interesting, not very well shot
– The film really lacks stakes, there is no suspense

maniac driver image 0
maniac driver image 2
maniac driver image

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Horreur, Pinku, Thriller, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Maniac Driver, Mitsutake Kurando (2021)

  1. Genki Jason dit :

    When filmmakers say they are making a giallo-style film, what they really mean is that they are using coloured filters to light up lots of violence and nudity. Never mind the story.

  2. princecranoir dit :

    L’affiche est pourtant très sympa, rappelant les sixties, ce que confirme les couleurs pop et giallesques que l’on aperçoit sur les captures. Visiblement, le flacon est plus satisfaisant que le contenu.

  3. Rick dit :

    Triste de lire ça, car en effet, sans être du grand cinéma, les deux précédents du réalisateur valaient le coup d’oeil… Et vouloir s’inspirer du giallo, c’était une bonne idée, surtout que l’affiche est sympa, et que certaines captures montrent malgré tout que Kurando s’améliore techniquement parlant (il y avait déjà un fossé entre GUN WOMAN et KARATE KILL techniquement parlant). Mais si à chaque fois, on y perds un petit quelque chose au niveau de tout le reste, c’est dommage.

    Par contre, ta huitième capture me fait penser à un douloureux souvenir érotico polonais : FANTOM KILER. Et cette ressemblance, elle fait mal haha !

    • Oli dit :

      Les scènes érotiques sont moches pour la plupart, si j’avais pu faire les captures moi-même, j’aurais pu les utiliser pour illustrer mes propos. Mais non, alors tu vas devoir voir le film pour t’en rendre compte ^^

  4. Wuhien dit :

    Ah bah mince, je l’attendais de pieds ferme celui-là… Rien avoir avec le film mais petite anecdote amusante: le réalisateur: Kurando Mitsutake fait chaque année l’interprète pour les invités américains aux Grammy Awards de WOWOW.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s