Toki wo kakeru shôjo, Hosoda Mamoru (2006)


TOKI WO KAKERU SHÔJO, aka The Girl Who Leapt Through Time, aka La traversée du temps, aka Toki o kakeru shôjo
時をかける少女
Année : 2006
Genre : de temps zen temps
Production : Madhouse / Happinet Pictures / Kadokawa
Réalisation : Hosoda Mamoru
Voix : Naka Riisa, Ishida Takuya, Itakura Mitsutaka, Kakiuchi Ayami, Tanimura Mitsuki, Hara Sachie, Sekido Yuki, Ando Midori, Handa Takayuki, Katsura Utawaka, Matsuda Yôji, Matsuoka Sonoka, Nakamura Tadashi, Tachiki Fumihiko, Yamamoto Keiko, Yokohari Shiori


Au moment où elle pensait mourir écrasée par un camion, la petite Makoto s’est retrouvée téléportée dans son lit, dans sa chambre…un jour plus tôt ! La jeune fille va alors se rendre compte qu’elle est capable, sans pouvoir expliquer pourquoi, de voyager dans le temps. L’étrange accident survenu dans le laboratoire de son lycée, durant lequel elle est tombée dans le coma après avoir humé une odeur de lavande, pourrait-il être la cause de tout cela ?

Déjà réalisateur de séries animées pour la télévision, Hosoda Mamoru est enfin parvenu à se faire un nom avec TOKI WO KAKERU SHÔJO, et ce au Japon aussi bien qu’à l’étranger, puisque le film en question s’est propagé dans toutes les sphères du cinéma animé mondial. On ne peut pas dire que ce soit immérité, tant le titre en question se révèle bien géré au niveau du rythme. Sur le fond c’est une autre histoire, mais TOKI WO KAKERU SHÔJO est finalement assez fidèle au roman de Tsutsui Yasutaka, lui-même assez pauvre en terme de contenu (pourtant il s’agit d’un best-seller incontournable au Japon…). Le livre de Tsutsui étant très court, Hosoda Mamoru a bien évidemment ajouté quelques menues pérégrinations supplémentaires, et il faut bien avouer que la plupart sont plutôt bien vues.

Pour Tsutsui Yasutaka, LA TRAVERSÉE DU TEMPS, c’est de l’argent ! Et l’intéressé ne va pas se plaindre de voir son roman sympathique (un brin surestimé) adapté en film, drama ou animé. Et bien à la manière du livre, le film de Hosoda Mamoru emprunte la même trajectoire : celle d’une étoile filante qui va trop vite et que la plupart des gens voient trop belle. On passe malgré tout un bon moment, avec cet anime, et surtout Hosoda Mamoru se révèle être un joli conteur, gérant parfaitement bien le rythme de son récit. Une performance qu’il réitérera quelques années plus tard avec SUMMER WARS, un long métrage une nouvelle fois bien sympathique, mais encore un peu surcoté.

Pour conclure, si vous ne devez voir qu’une version du livre de Tsutsui, optez pour la magnifique réinterprétation signée Obayashi Nobuhiko.

Oli :        
Yasuko :

_________________________________________

Quick Review in English:

+ The good director Hosoda Mamoru will become famous after that movie
+ Good rhythm
+ A few good ideas (because the original story – a book, is not so deep)

– Not as good as I expected
– I must confess I am not a big fan of the book by Tsutsui Yasutaka (too simple)
– The Obayashi’s version is much more interesting

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Anime, Drame, Love Story, Science-Fiction, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s