Sabishinbô, Ôbayashi Nobuhiko (1985)


SABISHINBÔ, aka Lonely Heart
さびしんぼう
Année : 1985
Genre : clown triste
Production : Toho / Amuse Cinemy City
Réalisation : Obayashi Nobuhiko
Avec : Tomita Yasuko, Omi Toshinori, Fujita Yumiko, Kobayashi Nenji, Satô Makoto, Kishibe Ittoku, Asuka Nao, Hayashi Masae, Irie Wakaba, Kakizaki Sumiko, Kiki Kirin, Kobayashi Satomi, Minegishi Tôru, Negishi Toshie

Hiroki est un lycéen plein de vie, qui aide ses parents au temple pendant son temps libre, et qui aimerait bien aussi se rapprocher d’une jeune fille, belle, mystérieuse et solitaire… mais qu’il n’a encore jamais osé aborder. Un jour, alors qu’il rangeait des vieilles affaires de famille devant l’un des autels du temple, un brusque coup de vent viendra emporter des photos… Rien de bien grave au demeurant. Et pourtant… très rapidement une drôle de jeune fille, au visage blanc et paraissant capable de passer un peu partout, va faire irruption dans sa vie : Sabishinbô (cœur solitaire).

Le mot japonais sabishinbô revêt à mon sens une connotation douce/amère. Une forme, une sonorité agréables aux oreilles, mais au fond une signification plus dure, crue… solitaire. Le film de Ôbayashi Nobuhiko retranscrit parfaitement ces sentiments contrariés. SABISHINBÔ commence ainsi comme une farce potache. On y suit les pérégrinations de trois lycéens avec des blagues à répétition, parfois en-dessous de la ceinture (la prof d’anglais ahahah), on prend également le temps de découvrir la famille de Hiroki, sa vie au temple, sa mère aimante et autoritaire… le père un peu distant… Puis vient le vent, une chute, des photos en noir et blanc… Le film bascule alors dans le fantastique discret, et mystérieux, sans jamais oublier le plus important : son côté humain, un peu triste mais chaleureux, avec des personnages ordinaires mais tellement puissants. Si attachants. Comme cette ville de Onomichi, que le réalisateur revisite une nouvelle fois en prenant un plaisir espiègle et infini à en visiter chaque parcelle, chaque ruelle…

Le temps suspendu, cet amour maternel d’une force presque irréelle, des passions de jeunesse ressuscitées l’espace de quelques instants… Mirages aux contours surannés, presque flous et que l’on croit immortels. Jusqu’à la prochaine bourrasque de vent. Au prochain bon ou mauvais tour des éléments.

Le 10 avril 2020, Ôbayashi Nobuhiko est parti. Bonne nouvelle : ses films sont toujours ici. Éternels.

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

____________________________________________

Quick Review in English:

+ A pure Obayashi movie. Beautiful. Moving. Funny. Surprising. Onomichi…
+ The first scene is amazing. The last one is unforgettable
+ It starts like a teenagers comedy: and it works, it’s really funny
+ Then, here comes a slight fantasy touch… A very mysterious one
+ What a great movie. What an amazing director
+ The young actors are great – Tomita Yasuko will be my sabishinbô forever…
+ At that time, Kishibe and Kiki Kirin were young – and so funny!

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Comédie, Fantastique, Love Story, Oldies, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Sabishinbô, Ôbayashi Nobuhiko (1985)

  1. princecranoir dit :

    Étrange atmosphère que celle que dégagent ces photos jaunies qui illustrent l’article. Éclairées par le commentaire, elles prennent un sens troublant.

  2. Genki Jason dit :

    RIP Nobuhiko Obayashi. So many great works to his name, like this one.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s