Hitori kakurenbo shin gekijôban, Yamada Masafumi (2010)


HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN
ひとりかくれんぼ 新劇場版
Année : 2010
Genre : jeux d’infanticide
Production : Klock Worx / JollyRoger
Réalisation : Yamada Masafumi
Avec : Masuda Yuka, Takiguchi Mira, Kasahara Mika, Tanba Hiroto, Konishi Yuuka, Tani Saya, Soma Keisuke


Un jeune homme disparaitra après une partie de hitori kakurenbo (cache-cache avec un fantôme). Curieusement, après ce tragique incident, la sœur et l’ami d’enfance de l’intéressé vont être frappés par une horrible malédiction…un esprit vengeur prendra en effet un malin plaisir à les persécuter. La partie de cache-cache n’est-elle toujours pas terminée ? Ou celle-ci dissimule-t-elle un secret plus sombre encore ?

C’est dans les vieilles marmites que l’on fait les meilleures soupes (le producteur de Céline Dion pourrait confirmer cela sans problème). Pour ne pas contredire cet adage, on nous ressert donc une nouvelle fois la légende urbaine du hitori kakurenbo (cache-cache solitaire) : peluche ou poupée éventrée et remplie de riz cru, du fil rouge, de l’eau salée, quelques phrases à réciter et un démon à inviter…afin de jouer à cache-cache avec vous. Très à la mode ces dernières années au Japon, le hitori kakurenbo a incontestablement apporté du sang frais aux films de fantômes japonais (un peu trop classiques, parfois). Hélas, à trop tirer sur la corde (ou plutôt le fil rouge), les diverses maisons de production impliquées ont fini par user le principe jusqu’à la moelle. On a quand même eu droit à de très bonnes surprises en la matière, avec notamment le HITORI KAKURENBO  de 2008 (qui a lancé la machine – à sous) et sa suite destinée aux grands écrans (de fumée, vue la faible distribution) intitulée HITORI KAKURENBO GEKIJÔBAN. Heureux clin d’œil : le réalisateur du film précité s’est également attelé à la réalisation du titre qui nous intéresse aujourd’hui. HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN (« shin » veut dire « nouveau ») est donc techniquement réussi, Yamada Masufumi ayant plusieurs fois prouvé, de par le passé, pouvoir s’en sortir très honorablement malgré de petits budgets.

Avec HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN, Yamada Masufumi place d’ailleurs la barre encore plus haut que d’habitude, et réalise tout simplement ici son meilleur film jusqu’à aujourd’hui, excusez du peu ! Bien évidemment il a ici bénéficié d’un budget plus confortable que d’habitude (le film est sorti dans quelques salles de ciné, et on a même une chanteuse de AKB48 dans le rôle principal), mais les qualités de HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN ne sont pas dues uniquement à cela. Le sens du cadrage de Yamada Masufumi semble en effet s’être affiné et, surtout, les scènes de frousse sont incroyables d’imagination : deux d’entre elles me semblent d’ailleurs complètement originales et jamais vues ailleurs auparavant (du moins par votre serviteur, qui s’en est tapé des kilomètres de pellicule). Il s’agit des moments où l’héroïne se cache sous la table (c’est fou, on s’attend à être surpris mais on sursaute quand même) et lorsqu’elle trouve la poupée dans les toilettes de l’école (là encore, la chute est simple mais hyper dynamique et cinématographiquement bien pensée).

Tout n’est pas rose pour autant, dans HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN. La scène finale est ainsi très inférieure au reste du récit (les mauvais effets spéciaux, on s’en serait bien passé), et d’autres instants sont également un peu trop convenus. On regrettera aussi que le réalisateur, si inspiré, n’ait pas pu avoir à ses cotés un compositeur de la trempe de Kawai Kenji (le film en aurait été sublimé).

HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN n’en demeure pas moins l’une des plus belles réussites du genre de l’année 2010, au Japon. On pensait avoir tout vu…et en fait non ! Yamada Masafumi aura même l’intelligence de ne pas trop abuser des parties de cache-cache (tellement de films récents l’ayant déjà fait), puisqu’il intègrera à tout cela une malédiction aux origines mystérieuses…et destructrices. Une question se pose dorénavant : après RINGU, JU-ON, KAIRO ou encore CHAKUSHIN ARI…est-ce que le phénomène HITORI KAKURENBO aura lui aussi droit à son piteux remake hollywoodien ?

Oli :        
Yasuko :

Le trailer (spoilers inside) :

Une courte (et excellente) scène :

_________________________________________

Review in English:

The hitori kakurenbo (lonesome hide and seek) is a deadly game born in 2007, on the Japanese Internet (an occult chat: 2ちゃんねる オカルト板). If you follow strict rules (you need some rice, a doll, a red rope and salted water), you may be able to summon a ghost to come playing hide and seek with you. If you lose the game, you lose your life. The phenomenon spread like a virus on the Internet, many players gave their impressions in chat rooms, sometimes directly with their cell phones. And the urban legend was born. Of course, a DTV followed and came out in 2008 (a good movie, with a simple title: HITORI KAKURENBO). Since then, many movies and dramas were shot. I may be wrong, but I have counted (and seen) nine of them. HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN (2010) is maybe the best one.

So many films and dramas have been shot in only two years on that subject, that I figured nothing good could come from further hitori kakurenbo movies. I was wrong. Because, first of all, HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN benefits from the presence of a good director behind the camera. A man who knows how to work, because he has already shot the previous hide and seek film: HITORI KAKURENBO GEKIJÔBAN (2009), which has been aired in a few theaters in Japan (like HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN). So it’s not V-Cinema we are now talking about: the budget is not so low, and we even have a singer of AKB48 to play the main character. I would have preferred a real actress but…well anyway, Masuda Yuka is there, she’s pretty and she can scream. Hum…after all, she may be perfect for that role!

Of course, HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN is not the best horror movie of all time, but it’s efficient, well directed and two or three scenes are absolutely gorgeous…and maybe never seen before (that doesn’t happen everyday!). Even when you expect to be surprised, even when you are sure to see a ghost jumping at you…the director manages to imagine something that you DID NOT expect. The scene in the toilet and the one when the heroine is hiding under a table are just great.

HITORI KAKURENBO SHIN GEKIJÔBAN is certainly one of the best Japanese ghost movies of 2010, and the living (but deadly) proof that smart directors can always manage to surprise their audience.

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Fantômes, Hitori kakurenbo, Horreur, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Hitori kakurenbo shin gekijôban, Yamada Masafumi (2010)

  1. Phil dit :

    Is this on dvd? I can’t find it anywhere.

    • Oli dit :

      I’ve just checked the Internet: you’re right, you cannot find any DVD of this movie on Amazon or Yesasia for instance. There is only a rental DVD (I saw the movie that way). The movie came out this year (this summer if I remember clearly) in a few theaters, and was released in rental DVD quickly afterwards (september). Maybe this rental DVD was only available in the regions where the movie has not been aired in theaters? It means that the DVD will come out (maybe) 6 months after the theaters (january?). I’m not sure at all.

  2. Phil dit :

    I see. So the date at the end of the trailer refers to when the dvd will be available to rent and not when its available to buy?
    Thanks for the reply.

  3. Oli dit :

    You’re welcome. I’ve checked the trailer one more time and yes, it refers to the date of the rental DVD only : 9.10 (FRIDAY) DVD RENTAL STARTS

  4. Bloud dit :

    Savez-vous s’il existe des sous titres anglais pour ce film ?

    • Oli dit :

      J’ai encore vérifié, et toujours aucun DVD à la vente. Il n’y a que le DVD locatif…à louer dans les vidéoclubs japonais, donc. C’est étrange.

  5. Rick dit :

    Vrai que c’est étonnant, même sur amazon.co.jp il n’y a rien du tout….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s