13-nin no shikaku, Miike Takashi (2010)


13-NIN NO SHIKAKU, aka Jûsan-nin no shikaku, aka 13 Assassins, aka Thirteen Assassins
十三人の刺客
Année : 2010
Genre : bad ass-assins
Production : Toho / TV Asahi / Yahoo Japan / Sedic
Réalisation : Miike Takashi
Avec : Yakusho Kôji, Yamada Takayuki, Iseya Yûsuke, Inagaki Gorô, Ihara Tsuyoshi, Matsutaka Hiroki, Ichimura Masachika, Sawamura Ikki, Furuta Arata, Takaoka Sôsuke, Rokkaku Seiji, Namioka Kazuki, Kondô Kôen, Ishigaki Yuma, Kubota Masataka, Kishibe Ittoku, Matsumoto Kôshirô, Uchino Masaaki, Mitsuishi Ken, Hira Mikijiro, Fukiishi Kazue, Tanimura Mitsuki, Saitô Takumi, Abe Shinnosuke, Motegi Sakurako, Fukumoto Seizô, Emoto Tokio


Onze samouraïs et un ronin vont se porter volontaires pour mettre un terme au règne d’un tyran sanguinaire, se rendant chaque jour coupable d’atrocités sans nom. Une mission suicide, tant la garde rapprochée du seigneur en question est nombreuse et bien entrainée.
Sur le chemin de la justice et de la mort, les douze hommes en question croiseront un campagnard un peu fou et sauvage sur les bords. Contre toute attente, ce dernier se joindra à eux.

Les treize assassins peuvent à présent imaginer l’inimaginable : vaincre à eux seuls une armée entière.

Qu’on se le dise, Miike Takashi n’est pas mort, et son dernier film en date, intitulé 13 ASSASSINS pour le marché étranger, en est la preuve vivante et sanglante. Il faut donc se faire une raison : la carrière de Miike continuera de s’inscrire en pointillés, et l’intéressé signera à rythme régulier des purges innommables, des films passables et, plus rarement  (quand il ne prendra pas ses projets par-dessus la jambe), il nous offrira de véritables pépites filmées. 13 ASSASSINS fait sans aucun doute partie de cette dernière catégorie. Budget conséquent, immenses décors naturels, reconstitutions d’époque absolument superbes, casting énorme…non Miike n’a pas lésiné sur les moyens, et contrairement à ses précédents films (également friqués), ici il a aussi pris le soin de soigner le fond et les personnages. La grande question du film de Miike est d’ailleurs posée : un samouraï doit-il obéir aveuglément à son maitre pour honorer le bushidō au sens strict ? Ou peut-il au contraire bafouer ces mêmes règles afin de faire triompher une cause juste ?

Remake d’un film de 1963, 13 ASSASSINS fait bien évidemment penser aux SEPT SAMOURAIS de Kurosawa…certains personnages, d’ailleurs, sont sans doute présents pour rendre hommage au chef d’œuvre précité. Ainsi le vulgaire homme des bois, chez Miike, est probablement une émanation directe –mais volontairement grossière– de Kikuchiyo (Mifune Toshiro). Si 13 ASSASSINS emprunte donc beaucoup aux chanbara et aux films d’aventure, avec des morceaux de bravoure énormissimes, des scènes d’action dantesques (la scène finale qui dure 50 minutes opposera les treize héros à trois cents ennemis !) et un code de l’honneur mis à mal, Miike Takashi n’en oublie pas pour autant la folie qui a construit sa légende. Il nous a en effet réservé une ou deux scènes quasiment dignes d’un film d’horreur, d’autres instants grotesques et nonsensiques absolument hilarants (le doyen Kishibe Ittoku finira sodomisé, excusez du pieu…heu…du peu !) et enfin de l’action qui alternera entre les passes d’armes classiques (dynamiques à défaut d’être géniales) et les explosions (et autres pièges hallucinants) dignes d’un JAMES BOND ou d’un BABY CART.

La chair de poule, les rires, quelques acteurs immenses et en prime un “chanteur-à-tout-faire” de SMAP –dans le rôle du méchant saigneur– trainé dans la boue. On n’en demandait pas tant. Avec 13 ASSASSINS, Miike Takashi signe définitivement un retour fracassant.

Oli :        
Yasuko :

_______________________________________

Review in English:

After so many boring movies, Miike Takashi is back in action! I guess the career of Miike will always be like that, and for three or four insignificant movies, we should be lucky enough to have a good (more rarely a great) one.

A big budget (huge natural sets, great cast, many extras), epic battles and a simple but immersive story: it smells like the good old chanbara and adventure movies! Of course, this remake of a 1963 Japanese movie has many things in common with Kurosawa Akira’s SEVEN SAMURAI, and the character played by Iseya Yûsuke may remind you of Kikuchiyo (Mifune Toshiro). But 13 ASSASSINS is more than a new SEVEN SAMURAI, and if Miike has respected many rules of this movie genre (vengeance, incredible bravery scenes), the Japanese director did not forget why he’s famous for: his unexpected craziness! Indeed, in addition to the classic chanbara references and story, Miike Takashi has also included some scenes worthy of a horror movie and a few hilarious moments, coming from nowhere (my god, the respectable actor Kishibe Ittoku will be sodomized!!).

I don’t want to tell much more, to don’t spoil anything, but many things and strange events will happen during the final fight scene (50 minutes length!): incredible traps, big explosions… Maybe you’ll believe, like me, that it’s the perfect mix between the classic chanbara movies, James Bond and BABY CART!

Does a samurai have to follow blindly his Master, to strictly observe the Bushido? Or can he forget those rules to defend a just cause, without dishonouring himself?
You’ll find a bloody and magnificent answer to that question in 13 ASSASSINS.

Remake d’un film de 1963, 13 ASSASSINS fait bien évidemment penser aux SEPT SAMOURAIS de Kurosawa…certains personnages, d’ailleurs, sont sans doute présents pour rendre hommage au chef d’œuvre précité. Ainsi le vulgaire homme des bois, chez Miike, est probablement une émanation directe –mais volontairement grossière– de Kikuchiyo (Mifune Toshiro). Si 13 ASSASSINS emprunte donc beaucoup aux chanbara et aux films d’aventure, avec des morceaux de bravoure énormissimes, des scènes d’action dantesques (la scène finale qui dure 50 minutes opposera les treize héros à trois cents ennemis !) et un code de l’honneur mis à mal, Miike Takashi n’en oublie pas pour autant la folie qui a construit sa légende. Il nous a en effet réservé une ou deux scènes quasiment dignes d’un film d’horreur, d’autres instants grotesques et nonsensiques absolument hilarants (le doyen Kishibe Ittoku finira sodomisé, excusez du pieu…heu…du peu !) et enfin de l’action qui alternera entre les passes d’armes classiques (dynamiques à défaut d’être géniales) et les explosions (et autres pièges hallucinants) dignes d’un JAMES BOND ou d’un BABY CART.La chair de poule, les rires, quelques acteurs immenses et en prime un “chanteur-à-tout-faire” de SMAP –dans le rôle du méchant saigneur– trainé dans la boue. On n’en demandait pas tant. Avec 13 ASSASSINS, Miike Takashi signe définitivement un retour fracassant.

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Action, Aventure, Chanbara, Jidai-geki, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour 13-nin no shikaku, Miike Takashi (2010)

  1. Nico dit :

    Bon, je vais être franc, je suis très jaloux. Je ne me souviens d’un tel engouement général pour un film de Miike, que j’aime de tout mon coeur, et je ne sais pas quand on pourra le voir en France ce 13 Assassins… damn it!

    Bon sinon bon choix d’avoir changé de plateforme Oli, ça le fait😉

    • Oli dit :

      Salut Nico. Ca fait un bail, faut dire que je suis très occupé par le transfert de mon blog (qui n’est absolument pas terminé). J’en ai profité pour revisiter ton blog, pfffiou, ça a encore évolué ?! Ca tourne presque au site pro, dis moi… Allez A++ (et le Miike, c’est sûr tu vas adorer – par contre je crois qu’une version écourtée a été annoncée pour l’étranger – j’ai pas trop suivi l’affaire peut-être que ça a évolué…)

  2. Nico dit :

    Héhé je connais ça, le transfert overblog vers wordpress c’est une horreur. Ça m’avait pris un temps fou…
    Ouais ça a encore évolué chez moi, et ça devrait encore avancer avec de nouveaux rédacteurs. Enfin, de là à parler de pro, faudrait que ça rapporte autre chose que du plaisir d’écrire ^^
    Il me semble qu’ils avaient parlé de version internationale pour le film… faut vraiment qu’ils arrêtent avec ça s’ils veulent que le public occidental s’y mette sérieusement.

  3. Rick dit :

    Enfin vu grâce au dvd Japonais, et je confirme ton avis. J’en avais entendu que du bien, et Miike a fait un grand film. Une première heure qui prend son temps pour poser ses personnages, mais qui n’ennuie absolument pas, puis bien 50 minutes d’action comme tu le dis qui n’ennuie pas non plus (j’avais des petites craintes, car 50 minutes c’est pas rien), grâce à une très bonne gestion du rythme, du cadrage, et aussi du fait que l’on a prit le temps de s’attacher aux personnages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s