Tomie, Oikawa Ataru (1999)


TOMIE
富江
Année : 1999
Genre : grain de beauté…et de folie
Production : Daiei
Réalisation : Oikawa Ataru
Avec : Kanno Miho, Nakamura Mami, Dôguchi Yoriko, Taguchi Tomorowo, Kusano Kôta, Minami Kae, Mizuhashi Kenji, Rumi, Suzuki Ikko, Nukumizu Yôichi


Un détective suit depuis des années la trace d’une certaine Tomie. Cette dernière serait déjà décédée, et pourtant le détective ne cesse de retrouver des cadavres partout où elle serait passée…

TOMIE est l’adaptation d’une œuvre éponyme du mangaka Ito Junji, mettant en scène une menace belle…implacable et cruelle : Tomie. Sous les traits d’une jolie jeune femme, cet être immortel apporte un peu de sang frais à l’horreur japonaise, puisque tournant résolument le dos aux classiques histoires de fantômes. Tomie se rapprocherait ainsi plus d’un yôkai moderne (ou bakemono). Détail intéressant : le destin tragique de Tomie, qui ne connaît jamais de fin, apporte une touche un brin dérangeante à l’ensemble. Car si la petite Tomie revient irrémédiablement à la vie, ça ne l’empêche pas de mourir, le plus souvent dans des mises en scène macabre d’un morbide du plus bel effet. Frappée, démembrée, enterrée, Tomie passera par à peu près tous les états…avant de se venger, de pousser ses bourreaux provoqués au meurtre, suicide…et autres joyeusetés.


Ci-dessus : on ne résiste pas à l’appelle de Miho

Le premier film dédié à Tomie, réalisé en 1999, a parfois été décrié, les épisodes suivant étant plus choquants, et plus rythmés. Donc plus abordables. Sans être de premier plan, ce TOMIE n’en demeure pas moins un spectacle horrifique intéressant. Très lent et avare en scènes choc (façon RINGU ?), TOMIE joue en réalité davantage la carte du mystère que celle de la terreur. Et ça fonctionne assez bien…puisque le spectre de la tueuse planera longtemps sur le film avant de dévoiler enfin ses réelles intentions…et surtout son vrai visage. Une scène bien amenée, d’ailleurs, où l’on découvrira que la belle (mais inquiétante) Kanno Miho se cachait jusque là derrière les traits invisibles de Tomie (aucune actrice n’arrivera jamais à la cheville de Miho, dans ce rôle difficile).

TOMIE est donc à voir avant tout pour son atmosphère étrange, son mystère pesant et ses révélations qui se font au compte gouttes (pas toujours très fidèle à l’ambiance du manga ?). On oubliera une réalisation correcte mais un peu bancale sur la fin (le montage m’est apparu suspect), et on se délectera de la prestation fabuleuse de la merveilleusement démoniaque Kanno Miho. Mon bel ange gardien…des enfers.

Oli :        
Yasuko :

____________________________________

Quick Review in English:

+ Weird atmosphere
+ Miho is the best Tomie. Ever.
+ The director takes its time to show Tomie, it’s pretty original

– Maybe not horrific, not strange enough when you know the manga
– Very, very slow-paced movie

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Fantastique, Horreur, Tomie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s