Freedom Project, Morita Shûhei (2006)


freedom5FREEDOM PROJECT, aka Freedom
フリーダム・プロジェクト
Année : 2006
Genre : freedomination
Production : Nissin Food / Sunrise / Freedom Committee
Réalisation : Morita Shûhei
Avec les voix de : Morikubo Shôtarô, Namikawa Daisuke, Yamaguchi Kappei


La Terre a été dévastée depuis longtemps et est toujours inhabitable. Une colonie humaine est parvenue à s’installer sur la face cachée de la Lune, et vit désormais dans l’opulence. Mais la liberté, sur ce satellite naturel, est très relative. Tout y est contrôlé, et si la société est ennuyeuse, c’est avant tout pour ne pas exciter une population qui doit constamment vivre en vase clos.

De jeunes bikers, un peu rebelles, vont un jour découvrir que le gouvernement lunaire leur cache une vérité difficile à croire.

projectfreedom 01projectfreedom 02

projectfreedom 03projectfreedom 04

Étrange projet que celui-ci. A la base, FREEDOM est en effet une série d’OAV lancée par la société Nissin, une célébrissime marque de nouilles instantanées (non il ne s’agit pas d’AB Productions). En gros, oui : tout l’anime est en fait un spot de pub géant pour la boîte précitée. Sur les sept épisodes que compte la saga, pas une fois on n’échappera au gros plan sur un bol de nouilles Nissin, le procédé confinant parfois au grotesque, comme par exemple lorsque nos héros emporteront un stock de nouilles en question comme seules provisions avant un périlleux voyage dans l’espace.

Histoire de donner un semblant de consistance à cette sauce peu appétissante, les producteurs ont fait appel à quelques personnalités renommées du petit monde des anime et/ou de la science-fiction. Si la réalisation a été confiée à un technicien que je ne connais absolument pas, les présences de quelques scénaristes chevronnés (dont Sato Dai : STAND ALONE COMPLEX) et surtout de Ôtomo Katsuhiro en tant que character et mecha designer apportent un crédit certain au projet FREEDOM. Allez, on va même dire une couverture planétaire tant les faits et gestes de Ôtomo sont observés au microscope à force atomique par les geeks du monde entier.

projectfreedom 05projectfreedom 06

projectfreedom 07projectfreedom 08

Et aussi étrange que cela puisse paraître, ce mélange des hommes et des genres plutôt inattendu a ici abouti à un anime vraiment passionnant, avec cette histoire géniale à propos d’une colonie humaine basée sur la Lune : bercée par l’ennui afin de calmer ses ardeurs, cette communauté vit heureuse mais contrôlée – on pense de suite à des références comme 1984 ou LES MONADES URBAINES. Ils l’ignorent encore, mais malgré le cataclysme des humains ont survécu sur Terre. Que se passera-t-il quand ces deux communautés maintenant radicalement différentes, à la fois idéologiquement et technologiquement, finiront par se rencontrer ?

FREEDOM est aussi bien réussi sur la forme que sur le fond. La série frise même le sublime mais ne décroche pourtant pas la Lune (c’est pas faute d’essayer) en raison de coïncidences trop grosses pour être honnêtes, d’un parti pris très « Bisounours » pour la morale (on n’avait jamais vu un monde post-apocalyptique aussi niais et accueillant), d’une chanson qui n’a rien à faire là de la « cachetonneuse » Utada Hikaru et surtout à cause d’un matériau de base pas exploité en profondeur – d’autant plus regrettable qu’en sept épisodes il y avait de quoi faire. Mais si vous êtes une bonne pâte – c’est de circonstance – ça devrait passer : FREEDOM propose vraiment un voyage extrêmement dépaysant.

On ne peut décemment pas dire que les Japonais soient des nouilles en SF !

Oli :         drapeau2 drapeau2 drapeau2
Yasuko : drapeau2 drapeau2

_______________________________________________

Quick Review in English:

+ Looks like a stupid project (produced by Nissin Noodles) but it works!
+ Ôtomo as chara and mecha designer and good writers
+ The main idea of the story is really great
+ A beautiful adventure

– For a post-apocalyptic world, it’s too nice: every one is sooOoO nice
– Too many coincidences and scriptwriting shortcuts
– Utada Hikaru

freedom2

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Anime, Aventure, Science-Fiction, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s