Gûru ~ hyaku-nen, kimi wo omou ~, Guillaume Tauveron (2016)


Goule dvdGÛRU ~ HYAKU-NEN, KIMI WO OMOU ~, aka Ghoul
グール[喰怨]~百年、君を想う~
Année : 2016
Genre : les goules et les couleurs, ça ne se discute pas
Production : Magical
Réalisation : Guillaume Tauveron
Avec : Kaminaga Keisuke, Mizuishi Atomu, Nakaya Sayaka, Higuchi Yûta, Kôno Ryôsuke, Visa Reina, Oota Motohiro


Cinq jeunes, qui pour certains ne s’étaient jamais rencontrés jusque-là, vont être réunis dans une vieille bâtisse pour une raison mystérieuse… Ils vont rapidement comprendre qu’ils ont été pris au piège : fenêtres et portes fermées, mais aussi un drone assassin qui n’hésitera pas à tirer si l’un d’entre eux se respecte pas les règles dictées… par le valet des lieux. Un homme froid, distant. Pour qui peut-il bien travailler ?

ghoul 01ghoul 02

ghoul 03ghoul 04

Pour les amateurs de bisseries et autres nanars de l’espace, la jaquette de GHOUL vend du rêve : une espèce de monstre, un spectre en robe noire et… un drone ! On s’imagine alors, les mains moites et le petit cœur en cavale, que l’on aura droit à un petit film d’horreur certes ultra cheap, mais débordant d’envie et d’idées zarbi. Et pourquoi pas un truc du genre « Ghoul VS drone » ?

Hélas, l’excitation du cinéphile dérangé retombe aussi vite qu’un corps sans vie sur le plancher. Car le film se prend en réalité terriblement au sérieux. De plus il ne s’agit aucunement d’un film d’horreur (contrairement au DVD à la vente, la jaquette locative est mensongère) mais plus d’un petit thriller en huis clos, dans la veine d’un KAMAITACHI NO YORU par exemple, mais avec une grosse louche de fantastique en sus. Ça aurait pu me plaire si le budget avait été plus conséquent (la bâtisse est quelconque, les acteurs sont à la peine, les éclairages sonnent faux) ou si le réalisateur avait assumé le côté ultra cheap de sa production  (DTV en polystyrène) en optant pour le grotesque/grand-guignolesque plutôt que pour le drame psychologique. Honnêtement, ça pique. Injecter une grosse dose de sérieux dans un thriller de ce genre n’est pas forcément une mauvaise idée… Mais avant de parler d’amours homosexuelles contrariées ou de relations incestueuses (sujets ô combien délicats), il aurait fallu assurer ses arrières avec un budget plus conséquent et des idées moins surréalistes. Parce que le drone sous Photoshop, les décors qui rappellent une simple résidence secondaire et l’espèce de goule en plastique, ça se marie mal avec des questions sensibles et potentiellement profondes telles que l’amour et les douloureux secrets de famille…

ghoul 05ghoul 06

ghoul 07ghoul 08

Maladroit certes, mais original ce GHOUL – à tel point qu’il en devient parfois indigeste, même pour un grand habitué des DTV improbables comme votre humble serviteur. Autre détail surprenant, le réalisateur de ce film est un Français, photographe de profession basé sur Tokyo, et qui n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai dans le domaine du cinéma. Ne soyez donc pas déstabilisé lorsque le valet morbide prononcera quelques phrases dans la langue de Molière. En tous les cas, on peut souhaiter bonne chance à Guillaume Tauveron pour le futur – réaliser un film dans des conditions que j’imagine difficiles (petit budget, temps limité, etc.) ne doit pas être une chose aisée.

Thriller psychologique et humain, ou farce en plastique avec des drones et des monstres ? Oui GHOUL est un petit film qui hésite toujours, le cul coincé entre deux chaises cloutées – quel que soit l’endroit où vous décidiez de vous asseoir, ça finira par piquer.

Oli :         drapeau_blanc
Yasuko : drapeau_blanc

Trailer :

_______________________________________________

Quick Review in English:

+ Risky and original ideas
+ A drone? Undead people? Young men and women murdered? Sounds good to me
+ Very low-budget movie, it must not be easy to do a film under those conditions

– But the movie is far too serious
– The themes of the story are too serious in such a low-budget movie
– How can we believe (or be moved) by impossible love stories, family’s secrets…
– … when a drone from Photoshop, cheap sets and uninspired actors are everywhere?

ghoul IMAGE 1

ghoul IMAGE 2

ghoul IMAGE 3

ghoul IMAGE 4

ghoul IMAGE 5

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège). Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです 
Cet article, publié dans Drame, Fantastique, Thriller, V-Cinema, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s