Guinea Pig 4: Peter no akuma no joi-san, Tabe Hajime (1986)


GUINEA PIG 4: PETER NO AKUMA NO JOI-SAN, aka Guinea Pig 4: Devil Woman Doctor
ギニーピッグ4 ピーターの悪魔の女医さん
Année : 1986
Genre : il ou hell ?
Production : Sai Enterprise
Réalisation : Tabe Hajime
Avec : Peter, Takenaka Naoto, Shibata Rie, Fukikoshi Mitsuru, Hayashiya Kobuhei, Hisamoto Masami, Imamura Nezumi, Eve, Kageyama Tamio, Ogawa Natsumi, Oto, Satô Masahiro, Umegaki Yoshiaki


Une docteure aux méthodes expéditives et qui s’intéresse aux cas les plus étranges qui soient. Un homme qui transpire du sang, un autre dont la tête risque d’exploser s’il s’énerve, un mari qui se transforme petit à petit en zombie mais dont l’épouse ne semble pas plus surprise que ça, un patient dont le cœur voyage constamment dans le corps, ou encore le cas au moins aussi étrange d’un individu schizophrène et dont chaque membre semble posséder… une personnalité propre… et généralement violente !

PETER NO AKUMA NO JOI-SAN est la quatrième entrée dans la série horrifique et souvent très dérangeante GUINEA PIG. Si le troisième épisode avait déjà amorcé un virage à 180 degrés vers la comédie fantastique et gore, non pas avec brio, mais avec un semblant de talent certain et de véritables références à la série GUINEA PIG (d’excellents maquillages, des membres bien tranchés…), PETER NO AKUMA NO JOI-SAN prolonge ce plongeon vers la comédie en poussant encore plus loin le bouchon de la faute de goût : il s’agit, ici, d’un film de cinquante minutes fait de multiples petits sketchs qui relèvent, à mon sens, plus de l’humour pipi-caca et non-sensique de certains comédiens de télévision que d’une vraie œuvre de V-Cinema…

GUINEA PIG 4 est donc une comédie à sketchs, tour à tour loufoque, surréaliste, navrante et un peu drôle – quand même ! La violence est parfois présente mais tellement grotesque qu’elle n’impressionne pas – les effets spéciaux sont même globalement moins bons que ceux des films précédents. Autre fait notable : sorti dans l’anonymat le plus complet, le premier GUINEA PIG a décidément fait bien des petits… qui ont fini par accéder à la notoriété. GUINEA PIG 4 compte en effet dans son casting des visages déjà un peu connus à l’époque, et qui pour certains accéderont très vite à la célébrité. Au cinéma ou dans des téléfilms pour Takenaka Naoto (hilarant encore une fois) ou Fukikushi Mitsuru, voire sur les plateaux de télévision pour de nombreux autres. Le rôle principal est même tenu par Peter, un travesti japonais ayant connu son heure de gloire cinéma en 1969 dans FUNERAL PARADE OF ROSES puis dans RAN, de Kurosawa Akira. Il est, depuis, toujours très en vue à la télévision. Son rôle dans GUINEA PIG 4 n’est sans doute pas celui dont il est le plus fier… et attention, parce qu’en plus, il va vous faire le coup de la panne, Peter. La panne d’inspiration !

Bon, je suis un peu méchant, il n’a pas écrit le scénario du bouzin… et il est difficile de critiquer son interprétation de cette docteure aux remèdes extrêmes, tant les dialogues, la mise en scène et tout le reste est juste digne de petits sketchs tournés à la va-vite pour la télé. Mais parfois c’est tellement affligeant… mais à un tel point que ça en devient presque surprenant, en fait. On finit par être désarçonné : des chapitres qui se terminent de manière abrupte sans aucune chute, d’autres qui durent une toute petite poignée de minutes, un passage sur des tripes humaines sur la table d’un restaurant et c’est tout… et tellement d’autres trucs et de machins improbables et/ou ratés… Il faut presque le voir pour le croire – à vos risques et périls !

GUINEA PIG 4 est donc une espèce d’ovni (objet violent non identifié) qui peut être vu une fois, pour le folklore. Et parce que certains sketchs sont tellement WTF qu’ils finissent par dégager un réel capital sympathie : ces malades qui comparent leurs maladies graves et improbables (l’un a son cœur qui se balade dans le corps, un autre fait des cacas vivants, etc.), cet homme dont le tatouage navigue constamment sur son corps (roooh les jolies fesses de Mitsuru), cette famille entière dont la tête explose quand ils se mettent en colère (avec l’inénarrable Takenaka Naoto), le petit clin d’œil à A NIGHTMARE ON ELM STREET sorti deux ans plus tôt, et ce passage assez hallucinant (et visionnaire ?) avec un yakuza qui possède un visage indépendant sous le nombril, exactement comme dans TOTAL RECALL, qui ne sortira pourtant que quatre années plus tard ! Viril ?

Un dernier détail pour la route : lorsque le célèbre tueur en série Miyazaki Tsutomu fut arrêté en 1989, la cassette de PETER NO AKUMA NO JOI-SAN fut retrouvée dans sa collection – qui comptait des milliers de pièces. On pensa même (à tort) qu’il s’en était inspiré – il est vrai qu’il y a des références au cannibalisme, dans ce film. Ce qui donna à la fois un gros coup de projecteur aux GUINEA PIG, mais aussi de pied au cul aux producteurs qui durent mettre un terme à leur série dans la foulée. Rust in Peace…

J’arrive au bout de cette chronique et en la relisant, je me rends compte que j’en ai presque écrit une tartine – à la confiture d’hémoglobine. C’est peut-être le signe qu’il y a quand même des choses à sauver, à saigner, dans cet épisode de GUINEA PIG. Navrant mais… rigolo ?

Oli :        
Yasuko :

__________________________________________

Quick Review in English:

+ Some good actors&actresses, some of them will become famous
+ Takenaka Naoto: hilarious
+ Yes, this time it’s a comedy! A gore comedy
+ Many short, sometimes very short stories
+ It’s so weird… that it’s surprising, some chapters are funny
+ The guy with the head in his belly… before TOTAL RECALL!

– Most of the time it’s not really funny, it’s just WTF
– Filmmaking? Photography? Acting? It looks like a cheap TV show
– Sometimes, some stories have no ending! OK, it’s surprising

 

 

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Comédie, Fantastique, Gore, Oldies, V-Cinema, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s