Godzilla tai Mechagodzilla, Fukuda Jun (1974)


GODZILLA TAI MECHAGODZILLA, aka Godzilla VS. Mechagodzilla
ゴジラ対メカゴジラ
Année : 1974
Genre : la planète des (films) singés
Production : Toho
Réalisation : Fukuda Jun
Avec : Daimon Masaaki, Aoyama Kazuya, Hirata Akihiko, Koizumi Hiroshi, Tajima Reiko, Matsushita Hiromi, Mutsumi Goro, Kishida Shin, Beru-Bera Lin, Imafuku Masao, Sahara Kenji, Zushi Isao, Mori Kazunari, Kusumi Kinichi


Une prêtresse du clan Azumi, à Okinawa, a une terrible vision du futur : un monstre gigantesque semble y détruire toute vie humaine ! Presque au même moment, un archéologue découvre non loin de là une statuette de Komai-inu… Une bien étrange idole, que les extraterrestres du Trou Noir vont tenter de s’approprier. Peu de temps après, Godzilla se réveille et commence à détruire des villes entières… même Anguirus ne pourra pas l’arrêter. Mais s’agit-il vraiment de notre saurien préféré ?

Les films GODZILLA de la dernière partie de l’ère Shôwa semblent s’enfoncer lentement mais surement dans les remugles nauséabonds du cimetière des dinosaures usés. Effets spéciaux qui ne s’améliorent pas, qualité des costumes qui parait régresser (le visage de Godzilla par exemple) et intrigues prémâchées et redondantes, qui accouchent de logomachies là ou la série avait fait preuve de plus d’audace de par le passé – condamnation de la folie nucléaire des hommes, triste constat sur l’état de notre planète dévorée vivante par une pollution galopante… une ignominie rampante.

À l’instar de ses prédécesseurs, GODZILLA VS MECHAGODZILLA tend hélas vers le nanar de compétition – merci Fukuda Jun. Cette histoire d’extraterrestres aux traits simiesques rappelant vaguement la série SPECTREMAN (j’étais fan quand j’étais gosse – vous aussi je sais, ne baissez pas les yeux), ce complot ourdi dans les ombres par des criminels de l’espace particulièrement gauches et ce kaijû inattendu mais assez ridicule épousant les formes d’un komai-inu (prisé à Okinawa)… tout cela laisse une cruelle impression de mièvrerie particulièrement gênante.

Tout n’est pourtant pas à jeter aux orties radioactives, dans GODZILLA VS MECHAGODZILLA. On va même dire qu’il relève légèrement le niveau par rapport aux deux/trois opus précédents. Mechagodzilla est plutôt convaincant (ça change) et ses coups font mal tout en étant impressionnants, il y a plus de scènes hors des studios (Okinawa ou quelque chose qui y ressemble, une croisière en bateau…), c’est un peu mieux filmé (quelques plans font mouche, Godzilla y est mieux « iconisé ») et certains sévices sont presque surprenants, dans un film destiné avant tout aux enfants : Anguirus torturé comme jamais (j’ai failli détourner le regard !), des giclées de sang à la manière de certains chanbara, ou encore ces individus soumis à une chaleur insoutenable – brûlés vifs !?

Si GODZILLA VS MECHAGODZILLA est clairement moins mauvais qu’un GODZILLA VS GIGAN ou qu’un GODZILLA VS MEGALON (celui-là je m’en souviendrai longtemps), il n’en demeure pas moins un film globalement médiocre, mais qui devrait malgré tout parvenir à divertir les fans de la franchise en particulier grâce à la présence convaincante du petit nouveau sorti du chapeau de la Toho : Mechagodzilla.

Oli :

Trailer :

Images : lovingmovies

______________________________________________

Quick Review in English:

+ Mechagodzilla is cool
+ Okinawa, at least something different
+ Komai-inu from Okinawan folklore
+ Really violent, sometimes (Anguirus… 0_O), the blood…

– Still not a really good movie
– Once again a stupid alien plot with stupid aliens (SPECTREMAN?!?)
– A movie for kids, and kids only – or HUGE kaijû fans

 

 

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Action, Catastrophe, Famille, Fantastique, Kaijû eiga, Oldies, Science-Fiction, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Godzilla tai Mechagodzilla, Fukuda Jun (1974)

  1. Rick dit :

    Globalement d’accord, mais j’avais trouvé le spectacle tout à fait regardable, ce qui m’avait énormément surpris de la part de ce réalisateur. Comme quoi, pour son dernier opus, il a tenté au moins un minimum de faire le boulot pour lequel on le paye : mettre en scène. Et puis MechaGodzilla est classe ^^
    Bon finalement, on se retrouve dans nos avis sur quasiment tous les films jusque là, nous avons donc tous les deux bien soufferts. Pauvres nous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s