Godzilla tai Megalo, Fukuda Jun (1973)


GODZILLA TAI MEGALO, aka Godzilla VS. Megalon
ゴジラ対メガロ
Année : 1973
Genre : vraiment mégalo ?
Production : Toho
Réalisation : Fukuda Jun
Avec : Sasaki Katsuhiko, Kawase Hiroyuki, Hayashi Yutaka, Robert Dunham, Tomita Kôtarô, Wolf Ohtsuki, Nakajima Gentarô, Mikami Sakyô, Takagi Shinji, Date Hideto, Komada Tsugutoshi, Satsuma Kenpachirô


Les habitants de Seatopia vivent depuis toujours sous la surface de la Terre, à l’abri des regards du monde entier. Régulièrement touchés par les différents essais nucléaires menés par les humains, les Seatopians décident de réagir : ils envoient Megalon, un dieu cyborg à la forme de scarabée géant, punir les humains. Heureusement, Godzilla n’est jamais bien loin… et cette fois il pourra compter sur un allié de taille : Jet Jaguar, un robot ultra perfectionné conçu par un jeune scientifique… Ce ne sera pas du luxe car les Seatopians recevront l’aide d’un peuple bien connu de Godzilla… et dont l’ange gardien maudit n’est autre que Gigan !

Avec GODZILLA VS. MEGALON, la franchise de la Toho période Shôwa continue de s’enfoncer dans l’immaturité – triste, quand ça rime avec médiocrité. Scénario à la mords-moi-le-nœud, acteurs ridicules, des longueurs insoutenables et un budget qui semble s’amoindrir à chaque nouveau film. C’est bien simple, si j’ai déjà eu le sentiment que les films précédents utilisaient des rushs d’autres œuvres de la Toho, là c’est tellement flagrant que ça en devient navrant (des rushs voire des scènes entières de GODZILLA VS. GIGAN par exemple). Et je ne parle pas des costumes et combats… On dirait du catch (populaire au Japon), et la gestuelle de plus en plus humaine des kaijû donne envie de pleurer du sang.

Avec GODZILLA VS. MEGALON, les fans de Godzilla risquent d’ailleurs de rire jaune, puisque le gentil saurien géant n’apparaitra qu’au bout de 50 minutes de film – il s’accaparera d’ailleurs tout le final, dans un dernier combat interminable. Les stars du jour sont en effet plutôt le méchant Megalon, des gaijin douteux avec des bijoux en plastique et des pagnes basés sur une espèce d’île de Pâques souterraine (je me comprends), un jeune scientifique qui a construit tout seul un robot surpuissant et un gamin dynamique qui va s’en prendre plein la tronche – ça, c’est marrant. Le robot, parlons-en : il fait basculer ce kaijû eiga dans un semblant de tokusatsu, et s’appelle Jet Jaguar. Oui, oui : Jet Jaguar ! Un ersatz d’Ultraman mais avec un costume en mousse, en fait.

Bref, tout cela est assez ridicule, ennuyeux, sans doute amusant pour les enfants de moins de dix ans, mais pour les autres c’est moins sûr. À noter tout de même : des séquences de cascades en voiture assez grandioses pour l’époque, et ce bien avant l’avènement de Rémy Julienne dans les James Bond de l’époque Roger Moore.

Oli :

Trailer :

Images : lovingmovies

____________________________________________

Quick Review in English:

+ The kid is going to be punished. That’s funny.
+ Amazing car stunts – I am serious, and it was before Remy Julienne&Roger Moore!
+ So ridiculous it may be funny for some spectators

– Ridiculous
– Stupid, don’t even try to understand or follow the story
– The Jet Jaguar robot is… ridiculous
– The bad kaijûs are not interesting
– The fights look like wresting
– Jet Jaguar and Godzilla shake hands. Yeah.
– So many scenes taken from other movies, even the previous one!

 

//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=GTM-TSDWBT6var dataLayer=dataLayer || [];
(function(w,d,s,l,i,h){if(h==’tagmanager.google.com’){return}w[l]=w[l]||[];w[l].push({‘gtm.start’:new Date().getTime(),event:’gtm.js’});var f=d.getElementsByTagName(s)[0],j=d.createElement(s),dl=l!=’dataLayer’?’&l=’+l: »;j.async=true;j.src=’//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=’+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f);})(window,document,’script’,’dataLayer’,’GTM-TSDWBT6′,window.location.hostname);

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Catastrophe, Famille, Fantastique, Kaijû eiga, Oldies, Science-Fiction, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s