Hydra, Sonomura Kensuke (2019)


HYDRA
ヒドラ
Année : 2019
Genre : Film (et œil au beurre) Noir
Production : Polyphonic Film / Hydra Production
Réalisation : Sonomura Kensuke
Avec : Mimoto Masanori, Miu, Nagase Tasuku, Aoyagi Takaya, Taguchi Tomorowo, Nishina Takashi, Kibe Satoshi, Tanaka Yôji, Sonomura Kensuke, Uchigasaki Tsutomu, Hayashida Naoki, Yajima Kazunori, Takagi Yuma, Gotô Kaoru, Nomura Hironobu, Kawamoto Naohiro


Hydra est un petit bar très amical qui attire les noctambules en tous genres. La propriétaire des lieux est une toute jeune femme, épaulée par un serveur au sourire ravageur et par un cuistot… qui décroche rarement le moindre mot. L’intéressé, rongé quelque part à l’intérieur, cache un passé particulièrement douloureux.

Sonomura Kensuke fait sans doute partie des trois meilleurs action directors du Japon, avec Shimomura Yûji et Tanigaki Kenji. Si j’ai une préférence personnelle pour Sonomura, c’est pour toutes ses merveilleuses collaborations avec des réalisateurs que j’aime tant : Oshii Mamoru et Tsujimoto Takanori en tête – BUSHIDO MAN est définitivement un chef d’œuvre. Si Shimomura et Tanigaki sont passés derrière la caméra dans la peau de réalisateurs à part entière (RE :BORN et CRAZY SAMURAI MUSASHI pour le premier cité, ENTER THE FAT DRAGON pour le second), Sonomura aura attendu une offre de son ami Mimoto Masanori (acteur que j’ai toujours trouvé martialement très convaincant) pour sauter le pas.

HYDRA est un film à petit budget assez court et plutôt surprenant. Je m’attendais à un déluge d’action, et j’ai eu plutôt droit à un Film Noir. Pour un chorégraphe de la trempe de Sonomura Kensuke, l’art du contre-pied est sans doute aussi facile à maîtriser que quelques pas de danse avec coups de poing et étouffement à la clé ! Malgré quelques acteurs en deçà, le film se suit sans déplaisir, et si les personnages paraissent peu développés, c’est avant tout par choix : héros taciturne, des zones de flou, de vague à l’âme… laissant parfois place à l’imagination du spectateur – procédé poussé jusque dans la mise en scène de certains dénouements martiaux, hors-champ. Une décision radicale de la part de Sonomura Kensuke, qui confine à l’élégance filmée ou au contraire au cliché cinéphile. À vous de choisir votre camp – en toute décontraction, car il n’y aura pas de perdant.

Avec son héros stoïque et au passé trouble, Sonomura décide donc de faire monter la sauce lentement, très lentement à la manière d’un ninkyo eiga – avant de brutalement relâcher la pression dans un duel final monté au cordeau, rapide, puissant et extrêmement réaliste n’hésitant pas à mettre en avant les prises et les immobilisations. Dantesque ! Mais… j’en espérais encore davantage. Oui, le film se termine presque trop vite et certains arcs narratifs m’ont paru sous-exploités. Si Sonomura doit bien évidemment encore progresser, en particulier dans les scènes d’exposition classiques (quand il s’agit de créer un climax poisseux autour d’un nettoyeur, il y parvient fort bien), j’espère que l’intéressé retrouvera rapidement sa place derrière une caméra !

Oli :        
Yasuko :

Trailer :

_________________________________________________________

Quick Review in English:

+ Sonomura Kensuke is my favorite action director in Japan (Bushido Man)
+ He did marvelous things with Tsujimoto, Oshii, etc.
+ This is his first movie as a director
+ Mimoto is great, as always (and Hydra was his project in the first place)
+ Nishina is incredible as a « cleaner »
+ Sonomura took some risks here: he could have done a full action movie…
+ … but instead, he directed a real Film Noir, with short action scenes
+ The action is great, realistic, fast… I want more of this.^^
+ I liked Sonomura’s use of off-screen scenes
+ I liked the fact that we don’t know much about the characters

– … But maybe some spectators won’t like that at all…
– Too short?
– Not a huge budget of course, you can guess that through several scenes of the film
– Some actors don’t act so well
– Sonomura can still progress, especially during the « quiet scenes » (in the bar for instance)
– I really want to see more of this, I want to see Sonomura direct a new movie!

A propos Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam. Weird cinema made in Japan : échec et (ciné)mat. オリ です, 日本映画専門のブログです https://echecetcinemat.wordpress.com/ Blog dédié aux jeux vidéo, en particulier rétro : Jeux vidéo et des bas https://jeux.dokokade.net/ 
Cet article, publié dans Action, Arts martiaux, Polar / Film Noir, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Hydra, Sonomura Kensuke (2019)

  1. princecranoir dit :

    Très envie de découvrir ce film d’un maître de l’action qui m’est inconnu.
    Merci pour cet découverte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s